Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 23:22


II) La cité des morts

 

 

Paladus répond "Des zombies, chef!". "Hé hé hé! De la purée de zombies tu veux dire, frère!". "Frère Jumeau, vous êtes là aussi?". "Oui juste au dessus de vous sergent, dans l'immeuble en face, 2ème étage" répond le Blood Angel des rafales de bolter lourd ponctuant ses mots. Les morts-vivants chargent le nouvel arrivant avec avidité. Ce n'est pas la première fois que le sergent voit des cadavres animés et il sait bien qu'il n'y a qu'une seule façon de faire avec eux. Il dégaine son arme et des éclairs violacés s'agitent autour de ses mains. Le premier choc est terrible et six zombies sont broyés d'un seul coup. Au second choc, quatre d'entre eux sont projetés contre un mur où la plupart de leurs os se brisent. Ils glissent au sol complètement disloqués. La première vague est balayée en quelques secondes mais déjà une seconde se presse. Agamorr prend son élan et frappe de toutes ses forces. Six crânes sont ainsi fracassés mais le marteau continue sa course et lui échappe des mains pour tomber quelques mètres plus loin, au centre de la horde. Les zombies se jettent sur lui, s'accrochent à son armure, tentant de le griffer et de le mordre. Il continue à avancer à grand renfort de coups de pieds et de poings, arrachant les membres et explosant les corps. Mais les créatures de la non-vie sont nombreuses, très nombreuses, et bientôt le sergent est complètement enseveli sous la foule hurlante. Les genoux à terre, il sent leur filet de bave dégoulinant sur lui et son propre sang qui s'écoule en minces filets à travers son gorgerin. La cacophonie qu'ils produisent est insupportable. Le moindre recoin de son armure est griffé, fouillé, rayé, les innombrables ongles acérés et corrompus cherchant la plus insignifiante ouverture pour s'y faufiler. Le héraut space-marine tourne la tête de tous les côtés et soudain il le voit, il est là, son marteau. Ni une ni deux, il pousse un cri de guerre terrifiant "Nous sommes Sa fureur!", se relève et se jette en direction de son arme.

 

La suite n'est qu'explosions de lumière électrique et de sang. Paladus voit soudain un contenair-poubelle projeté de la ruelle à l'est, voler dans sa direction, s'écraser sur des zombies, puis rebondir et en aplatir d'autres. Le second étage de l'immeuble voisin est soufflé par une explosion. Jumeau, vient de jeter une grenade et de sauter dans le vide. Durant sa chute, il se retourne et continue à faire feu sur la meute de loups-zombies qui le harcèle. Ses ennemis pleuvent, cramés par l'explosion ou fauchés par ses bolts, juste avant que lui-même ne s'écrase sur une voiture stationnée en contrebas. Cette dernière vole littéralement en éclats sous le choc tandis qu'il passe quasiment au travers. Paladus continue à exécuter ses redoutables techniques de combat, un pistolet-bolter à chaque main. Il voit le sergent Agamorr sortir de la ruelle et se diriger vers lui. Le regardant il ne peut s'empêcher de remarquer l'espèce de mousse verdâtre qui se met soudainement à pousser sur les façades. Il tourne la tête et remarque que les voitures le long du trottoir se mettent à rouiller à vitesse grand V. La taule perd sa peinture, les vitres se fissurent, les pneus se dégonflent... Les morts-vivants cessent leur assaut furieux et sont agités de violents tremblements. "Mais... Qu'est ce qui se passe?". Agamorr et Jumeau le rejoignent. "Space-marines, préparez-vous pour le 2ème round!" annonce le sergent. Force est de reconnaître qu'il n'a pas tort. Les zombies ont leur corps qui se gonflent, deviennent plus grands, plus forts et leurs griffes atteignent la taille de véritables épées. Leurs orbites sont désormais habitées par une flamme verte malsaine, ils poussent un hurlement glutural et passent à l'attaque. L'équipe adopte instinctivement une formation en triangle ce qui lui permet de résister à la pression de l'assaut. Toutefois leurs serres ont le tranchant du diamant et les armures sont mises à mal. Puis, aussi soudainement qu'avait débuté leur spectaculaire transformation, les zombies restant se dégonflent et s'écroulent au sol comme foudroyés.

 

Agamorr: "Bien une bonne chose de faite!" s'exclame t-il en enlevant son casque.

 

Jumeau: "Qu'est ce qui s'est passé là?"

 

Paladus: "Peu importe! Tout ça n'est que sorcellerie!". Il donne un coup de pied dans l'un des cadavres.

 

Agamorr: "Frère Jumeau, est-ce votre capsule que je vois là complètement réduite en morceaux?"

 

Jumeau: "Oui, sergent. On peut dire que j'y suis passé près" dit-il en montrant du doigt le toit de l'immeuble cent mètres plus haut.

 

Agamorr: "L'Empereur nous met tous à l'épreuve, vétéran. Quelqu'un sait où se trouve le libraire Praetus?"

 

Jumeau: "Je n'ai eu aucune communication".

 

Paladus: "Moi non plus sergent".

 

Agamorr: "Bon et bien nous n'avons pas vraiment le choix, la mission avant tout. D'autant plus que nous avons un délai à respecter. Il saura nous retrouver".

 

Paladus: "Combien de temps nous reste t-il?"

 

Agamorr: "Hum... Voyons..." Il se saisit de son auspex et règle l'horlogium intégré. "Le gouvernement de la planète a perdu tout contact avec cette ville il y a 72 heures. 9 heures plus tard il recevait une demande de rançon et 11 heures plus tard le capitaine Iyadus nous confiait cette mission. En comptant le trajet et le temps qui s'est écoulé depuis que nous avons atterrit... Nous avons devant nous à peu près 19 heures".

 

Jumeau: "Et où allons nous, sergent?"

 

Agamorr: "Nous allons faire les choses dans l'ordre. Il nous a été demandé de retrouver les Drakenlord, la famille régnante sur Antherak, puis de mettre fin à cette menace en abattant ceux qui se trouvent derrière tout ça. Nous devons également tout faire pour éviter le combat avec la présence extremis malleus qui se trouve en ces murs et qui a été détecté par nos satellites. Regardons d'abord si nous captons la signature thermique de l'une de nos cibles... ". Il pianote sur l'auspex.

 

Tout à coup, le sol se met à trembler de manière répétée. Les bouts de verre encore accrochés aux fenêtres des immeubles tintent ou tombent. La neige autour d'eux commence à fondre. Un vent nauséabond chargé d'une odeur de charogne et de sang se met à souffler.

 

Paladus: "Qu'est ce que c'est que ça, sergent?"

 

Agamorr: "Ça? Je suis prêt à parier mon marteau que c'est la créature que nous devons absolument éviter! Coureeez!"   

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Vénérables Récits et Anecdotes de Campagnes

 

 

Rechercher

JDR, Fantasy et Geekeries

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pages