Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 12:54

 

 

Chapitre I: Amour, gloire et enquête

 

 

 

I) Le panier de crabes


Ce passage en musique? Cliquez ici

 

Leur sommeil est soudainement interrompu par la lumière des torches. Les gardes du palais leur jette leurs vêtements à la figure "Habillez-vous vite, le conseil veut vous voir!". La nouvelle fait l'effet d'un coup de tonnerre dans leur tête. Ils n'étaient rien, ils n'étaient personne et soudainement les conseillers de Lord Cromwell voulaient les voir en pleine nuit? Cela ne pouvait qu'être une mauvaise nouvelle pour eux, ils en étaient sûr. Ils sont escortés individuellement à travers les immenses couloirs ouvragés de la ville-palace, montent plusieurs escaliers de marbre, franchissent plusieurs postes de contrôle donnant sur des places à fontaine puis poursuivent leur route dans la partie haute de l'endroit: les quartiers royaux. Jamais ils n'auraient pensé se retrouver ici un jour. Les familles régnantes de Kinog sont parmi les plus riches et les plus puissantes du secteur Calixis. Elles produisent des rations protydiques de qualité grâce aux immenses champs d'algues de la planète-paradis et aux manufatorias de transformation situées sur la lune-usine Populac. Elles tirent de ce commerce des revenus colossaux et leur influence politique touche jusqu'au gouvernement central. Or, la famille Cromwell fait partie des lignées kinogiennes les plus anciennes et les plus riches. Être convoqué par son conseil avait quelque chose de terrifiant...

 

Petit à petit chaque groupe de gardes escortant l'un des convoqués se rejoint. Ils finissent par s'arrêter dans un grand vestibule où sont exposés des armures et des ornements héraldiques. Une grande double porte de chêne leur fait face. Une scène de chasse à courre est finement représentée dans le bois. Des bruits de rires et des couverts qui s'entrechoquent leur parviennent de l'autre côté. L'un des battants s'entrouve rapidemment, laissant passer un page à la peau enfarinée vêtu de collants et d'une tunique de livrée. Ce dernier se dirige droit vers eux et leur explique d'une voix nasiarde: "Je vais vous introduire parmi nos maîtres. Je vous rappelle les règles de bienséance: posez un genou à terre, ne levez pas les yeux, ne répondez que si l'on s'adresse à vous. Tout est clair?". Les cinq convoqués font oui de la tête et les gardes ouvrent les portes en grand tandis qu'ils pénètrent à l'intérieur.

Ce passage en musique? Cliquez ici

 

L'endroit est une grande salle de réception où les murs et le plafond sont agrémentés de délicates rosaces vitrées. Le reste de la pièce est recouvert de rideaux d'or, lourds et poussiéreux, mise à part le fond occupé par trois grandes cheminées où des broches de viandes sont en train de griller. Au dessus, un gigantesque arbre généalogique de la famille Cromwell a été peint et la plupart des noms sont incrustés de pierres précieuses. Au centre de la pièce se trouve une estrade surmontée d'une table en U. Plusieurs personnes sont en train d'y ripailler tandis que des chimères se pressent de toute part pour les alimenter en mets rares et les abreuver de vins délicats. Le page se présente devant eux, effectue plusieurs moulinets de bras et récite le texte suivant: "Vos grandissimes seigneuries régentes, glorieux seigneur-capitaine Da Casto, saint seigneur-cardinal Bonifacio, vertueux seigneur-sénéchal Kléopos et vénérable seigneur-chambellan Aldebert, vous avez ordonné et nous avons obéi. Voici les hommes et les femmes que vous avez demandé". L'assemblée se tourne vers eux. Le capitaine Da Casto est une jeune femme au visage calme et aux cheveux noirs attachés en chignon. Elle porte un uniforme de velour bleu, réhaussé d'un grand col rouge tandis que ses boutons et ses galons scintillent d'or. Ses manières posées contrastent avec celles de ses compagnons notamment le cardinal Bonifacio. Ce dernier boit coupes sur coupes renversant au passage du vin sur son pan de table et ses vêtements. Dans la quarantaine, il porte la simple robe grise d'un prêcheur de l'Ecclesiarchie mais son chapellet en nacre ainsi que ses doigts couverts de bagues ne laissent aucun doute sur son importance. Il affiche un embonpoint certain et ses cheveux blancs mi-longs sont plaqués en arrière. Son visage a quelque chose d'étrange tant il affiche en permanence un sourire figé faisant immédiatement penser plus aux conséquences d'un traitement de réjuvénation qu'à une véritable bienveillance. Le chambellan Aldebert présente la silhouette d'un vieil homme fatigué. Il est habillé d'une toge de soie bleue et sa longue barbe blanche forme une tresse à son extrêmité. Son nez est aussi crochu qu'un bec d'aigle et son regard acéré trahi son intelligence. Enfin le sénéchal Kleopos arbore un crâne chauve et un long bouc noir taillé en rectangle décoré de perles. Il porte plusieurs bijoux et rouleaux de parchemins par dessus sa toge rouge et semble très occupé à se limer les ongles. Il jette un rapide regard sur les nouveaux arrivants et les traits de son visage se déforment de colère. Il se lève d'un bon faisant tomber son verre et pointe sa lime en direction des convoqués tout en s'adressant à Aldebert.

 

Kleopos hurle: "Ainsi ce sont eux vos héros?! Permettez-moi d'émettre un doute! Je ne jouerais pas mon nom sur ces misérables!"

 

Da Casto répond les yeux fermés et en soufflant comme s'il s'agissait d'une évidence: "Oui, ce sont des gens qui sont arrivés récemment ici ou qui n'ont pas beaucoup d'attaches. Ainsi ils ne seront pas distraits dans leur mission et c'est la raison pour laquelle ils peuvent réussir".

 

Kleopos la raille tandis que des chimères se précipitent pour éponger le vin qu'il a renversé: "Ridicule! Lorsque vous décidez d'user de force il faut utiliser le bout pointu de l'épée pas le pommeau! Les femmes n'apprennent donc rien à l'académie de la guerre?!!"

 

Da Casto ouvre les yeux et se tourne vers lui souriante: "Et bien si vous voulez tout savoir, on y enseigne que la guerre est plus facile que les femmes, mais croyez-moi, je crains que ni l'un ni l'autre soit à votre portée".

 

Kleopos croise les bras: "Est-ce tout? Il semblerait que l'on ait omis de vous inculquer l'essentiel: tout le monde est l'ennemi de quelqu'un. Il faut juste bien le choisir et vous semblez dénuée de cette qualité!"

 

Bonifacio pose sa coupe vide et lève les paumes de main vers le ciel: "Mes amis, mes estimés amis! L'Empereur ne nous laisse que peu de temps pour accomplir ce qui doit être fait et d'après leurs dossiers ce sont de bons impériaux. Et puis n'oublions pas que: Imperator-Dei operatus in occultas vias".

 

Aldebert se gratte la barbe: "Il est vrai que le temps nous est compté. Minas vous pouvez vous retirer. Que la garde en face de même"

 

Le page et les soldats effectuent un révérence puis quittent la salle. Kleopos se rassoit et tous les membres du conseil tournent leurs fauteuils vers le groupe restant. Aldebert reprend la parole: "Messieurs, ce que je vais vous annoncer ne devra pas quitter ces murs. Scynthia Cromwell, la fille cadette de Lord Cromwell a disparu depuis maintenant deux jours. Son père sera de retour dans 24h maintenant. Elle doit être retrouvée impérativement d’ici là ou des têtes tomberont. Je compte sur vous pour la retrouver dans les meilleurs délais, vous semblez être ici les plus qualifiés pour remplir cette mission. La nouvelle de sa disparition n’a pas encore été ébruitée et je ne tiens pas à ce qu’elle le soit. Pour le moment, seules ses propres servantes sont au courant. Tenues de ne rien dire par leur maîtresse, ces petites sottes ont caché sa disparition le plus longtemps possible".

 

Kleopos, un sourire sadique sur les lèvres: "Comme le précise le chambellan, intrigué de ne pas voir mademoiselle Cromwell, j’ai fait convoquer ses servantes, celles-ci ont fini par m’avouer il y a une heure avoir couvert sa disparition. Je les ai fait placer en détention. Dans le meilleur des cas, je leur promets le fouet à toutes les trois".

 

Bonifacio glousse:"Oui nous connaissons vos usages, mon cher Kleopos". Tout le monde ricanne à la table. "Je m'étonne d'ailleurs qu'elles aient pu vous révéler quelque chose la bouche pleine!"

 

Kleopos reprend son limage d'ongle et glisse sardonique: "Dit l'homme d'église qui chasse du grox sauvage et s'envoit des prostituées. Où est-ce l'inverse? Je ne m'en souviens plus..."

 

Bonifacio prend une voix de prêche: "Un bon roi sait quand économiser ses forces et détruire ses ennemis. Il en va de même pour un serviteur de l'Empereur. In nomine Dei-Rex lex...".

 

Da Casto l'interrompt net: "Le Très-Haut soit loué, vous n'êtes pas l'un et très peu l'autre. Si ennemis nous avons je m'en chargerais".

 

Aldebert se coupe un quartier de viande: "C'est votre devoir dans cette Maison, personne ne le remet en cause. Mais pour une fois vous n'aurez pas à user de vos méthodes brutales, je suspecte plutôt une fugue dans nos vastes murs".

 

Da Casto porte un verre à ses lèvres, le sent et le repose: "Ah? Vos usages de coups de poignards dans le dos ne seront donc pas d'actualité pour cette affaire?"

 

Aldebert plante son couteau dans une cuisse de gibier: "Ma chère, vous êtes si jeune! Me respecteriez-vous d'avantage si je faisais poignarder au ventre plutôt qu'au dos? Ah ah! Quoiqu'il en soit personne n'a été informé pour l'instant à l'exception de ceux qui se trouvent dans cette pièce".

 

Bonifacio essuie ses mains grasses dans une serviette: "Inutile de vous préciser que la princesse doit être retrouvée avant que Lord Cromwell soit de retour. La vérité sera ce que nous en ferons mais la fille doit être ramenée".

 

Da Casto pointant un regard dur sur les convoqués termine: "Un proverbe de Populac dit que les derniers mots sont aussi importants que les premiers. Si vous ne voulez pas le vérifier, n'échouez pas".

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Lupus 16/08/2012 12:05


Et je dirais meme plus que kleopos et aldebert forme une equipe, par consequent Da casto et bonifacio dans l autre. Et nous sommes du cote de bonnifacio et da casto.
Enfin c est une intuition

BriseBarbe 17/08/2012 13:43



Ou alors théorie encore plus flippante: vous êtes tout seuls et ils vont tous vous manger 



Vénérables Récits et Anecdotes de Campagnes

 

 

Rechercher

JDR, Fantasy et Geekeries

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pages