Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 22:37

 

 

XXV) Pistes et points de vue

 

 

La zone des étables est beaucoup plus calme depuis le départ de la meute dorée. De jeunes garçons d'écuries se pressent, armés de seaux, de balais et de pelles pour nettoyer la place des déchets occasionnés par le passage des nobles et de leurs montures: déjections animales, lhos à demi consommés, débris de coupes en cristal... Kintas les amadoue facilement avec quelques trônes et ils lui confirment avoir vu "un homme du temple" prendre l'allée de droite il y a à peu près deux heures. Un petit tour dans l'étroite impasse leur permet de retracer son parcours jusqu'à un cul de sac. Le psyker pense alors à un nouvel échec mais Natacha trouve des traces et des marques laissant à penser que l'individu a grimpé le mur pour poursuivre sa route sur les toits. Les deux pisteurs suivent le même chemin non sans une certaine difficulté, ce qui les amènent à penser que leur ennemi est particulièrement agile. Natacha grimpe sur le toit du bâtiment voisin et découvre des traces de grappin. Elle fait monter Kintas grâce à une corde car celui-ci est peu à l'aise en hauteur. Poursuivant leur chemin, ils trouvent une tuile cassée récemment puis plus loin un endroit où plusieurs mégots ont été écrasé. Un bout de miroir est également découvert. Kintas tourne la tête et regarde en contrebas. Il a une vue plongeante sur la place et les allées du labyrinthe vert. "Je crois qu'on a trouvé l'endroit d'où il a tout planifié. Il a attendu quelques temps ici puis a déclenché son piège avec ce verre. Poursuivons, il faut que nous sachions d'où il vient". Ils crapahutent ainsi le long de plusieurs bâtiments puis la piste s'arrête brutalement à un angle. Un autre édifice se trouve en face mais un vide d'une quinzaine de mètres sépare les deux. Kintas est furieux d'être ainsi stoppé dans sa filature et décide de jouer le tout pour le tout. Il laisse affluer en lui les courants du Warp et les utlise pour surdévelopper sa vue. L'effet est impressionnant, ses yeux gonflant comme s'ils voulaient sortir de ses orbites, ses vaisseaux sanguins éclatant et perlant sa cornée de rouge. Cela lui permet de repérer le moindre détail et notament ce petit bout de tissu blanc déchiré qui est agité par le vent. Il est accroché sur les pointes qui garnissent le clocher du bâtiment. Les deux pisteurs décident donc de retrouver la terre ferme et de rejoindre le toit en passant par l'intérieur de la bâtisse. Une fois dedans, ils sont surpris de reconnaître les corridors menant aux appartements de Scynthia. Ils montent jusqu'au dernier étage et cherchent une trappe menant sur le toit. Cette dernière se trouve tout au bout d'un couloir orné de moulures en plâtre encadrant des toiles de maîtres. Une fouille méticuleuse des lieux permet de mettre la main sur une clef collée derrière l'un des tableaux. Grâce à elle, ils ouvrent la trappe et se retrouvent du même coup juste à côté du clocher vu précédemment. Kintas va décrocher le bout de tissu et regrette profondément de ne pas être doué de sortilèges divinatoires.

 

L'arrière du bâtiment du personnel de compagnie donne sur une petite ruelle qui en principe n'est ni fréquentée ni gardée. L'escalade de la surface jusqu'au balcon n'avait posé aucun problème à Gaïa qui se déplaçait comme un véritable félin. Thane regardait d'en bas la façon impressionnante dont elle se mouvait et observait sa carrure athlétique que ne laissait pas suggérer sa robe d'adepte. Il était bien incapable d'en faire autant et se demandait finalement s'il n'alllait pas rester en bas et se contenter de faire le guêt. Heureusement, sa camarade était aussi bien équipée et avait réussi à le hisser grâce à une corde en acier souple et un harnais. Ils avaient bien cru se faire repérer à un moment à cause d'un pot de fleur et d'un couple de jardiniers mais finalement les voila devant la porte de la terrasse. Gaïa sort de petites lames acérées de sa veste et parvient à crocheter la serrure. Décidément cette copiste est pleine de surprises se dit le psyker... Ils vérifient que les cam-pix de la suite soient éteintes et pénètrent à l'intérieur. Ils remarquent que leurs précédentes bévues ont été réparées et que tout est de nouveau à sa place. Suite à cela, ils se lancent dans une fouille frénétique des lieux en prenant garde cette fois-ci de ne rien déplacer. Malheureusement, ils font chou blanc. Aucune nouvelle piste ne s'offre à eux. Gaïa découvre un coffre fort caché dans la penderie mais renonce à le forcer car sa présence est somme toute assez normale. Le temps s'égrénant plus vite qu'elle ne l'aurait voulu la copiste va chercher son camarade: "Thane, il y a rien ici. On perd notre temps. Viens on va rejoindre les autres". "Zut! C'est pas possible! Je suis sûr qu'on loupe un truc! Raaah!". "Il est possible que tu te trompes, tu sais". "Bon passe devant, je continue encore un peu. Je te rejoindrais quand tu seras en bas". Gaïa retourne alors jusqu'à la terrasse, serre son sac, accroche son harnais à la rampe puis déroule sa corde jusqu'en bas. Sentant une odeur étrange, elle lève les yeux et voit sur le balcon d'en face un homme fumant la pipe en train de la regarder.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Vénérables Récits et Anecdotes de Campagnes

 

 

Rechercher

JDR, Fantasy et Geekeries

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pages