Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 août 2012 2 07 /08 /août /2012 15:14

 

 

XIII) Nouvelle donne (H-9h47)

 

 

En cette heure matinale il règne une incroyable agitation dans le parc. Les enquêteurs s'avancent donc prudemment. Les nobles rassemblés par grappes débattent d'une manière bruyante et volubile d'un sujet qui semble véritablement les passionner. Les femmes se pâment derrière leurs éventails colorés, échangeant apparemment sur un évènement choquant, jouant les outrées à qui mieux mieux mais chacune piaillant à tour de rôle son lot de on-dit sordides. Les hommes prennent des pauses viriles, et pour certains sortent leurs épées, soutenant que tout peut être affronté dans la vie, que seuls les pleutres se cachent derrière la fatalité, argumentant leurs dires de passages du Nobilite Pax Imperator de Xonariarius le jeune. Bien sûr cette scène ne saurait être complète sans une armée de domestiques au petit soin, soutenant ombrelles et apportant des plateaux de rafraichissements. Le groupe d'enquêteurs se sépare dans la foule tentant de glaner quelques informations dans cette théâtrale cacophonie. Natacha échoue dans sa tentative d'obtenir des renseignements sur les dames de compagnie mais obtient un rendez-vous galant avec deux jeunes nobliaux. Thane se rend compte que ses questions sur Argail Mordiker sont loin d'être bienvenues et comprend à demi-mot que ce dernier a été chassé il y a un an. Voulant changer de sujet, il arrive à détourner la conversation sur le temple et obtient quelques détails sur Grog, l'un des gardiens. Gaïa, de son côté, pense reconnaître l'un des individus en blanc qui a agressé ses compagnons, le prend en chasse mais le perd rapidemment dans la foule. Kintas, quant à lui, parvient à sympathiser avec un très vieux jardinier du nom d'Ascalios. Ce dernier lui confirme que Mordiker n'a plus été vu au palais depuis plus d'un an car il a été chassé par le seigneur Cromwell en personne. Il en ignore la raison mais n'est guère surpris. Dans la mesure où il travaille au palais depuis des années, il voit cycliquement ce genre de choses se produire. Le rhétorite tente ensuite de parler des dames de compagnie mais Ascalios semble ne pas les connaître. Il sait par contre où elles résident car il s'occupe régulièrement des haies qui bordent le bâtiment. Au cours de ses recherches, le groupe s'est rendu compte de la présence d'un établi de bois au centre de la foule. Des gardes l'occupent et transcrivent sur data-tablettes les déclarations de ceux qui s'y rendent. Un servo-crâne branché sur un vox-ampli récite de sa voix monocorde le texte suivant: "Suite à un décès survenu dans l'enceinte du palais, et conformément aux lois en vigueur sur Kinog concernant la découverte d'une dépouille dans le périmètre juridique d'une gouvernance régionale, tous les témoins potentiels sont priés de venir déclarer ce qu'ils savent sur la vie et la mort du médic Aloesius. Tous les témoignages seront conservés". Voila donc la cause de toute cette agitation. Les enquêteurs se regroupent. Thane prend la parole le premier: "Vous avez vu ça? Sinistre coutume! Quelque chose me dit que nous ferions mieux de nous éloigner de cet endroit. Je n'aime pas bien l'idée que des gardes prospectent non loin. Cela pourrait nous retomber dessus. D'ailleurs Natacha, tu es sûre que personne ne t'a vu chez le médicae?". "Mais oui ne t'inquiètes pas. La discrétion c'est mon truc!". Kintas se moque ouvertement "Oui on a vu ça dans les geôles... Enfin bon, je propose que nous nous rendions au plus tôt dans le bâtiment des dames de compagnies, je sais où il se trouve". "Oui et je suggère que nous commencions par les quartiers de Mélissandre Zenthrix" lance Gaïa. "Ah? Pourquoi elle?" demande Thane. "Et bien, plus j'y réfléchi, et plus je me dis que la MZ des lettres d'Aloesius ça doit être elle. Pour moi, c'est la plus suspecte".

 

 

Si Aestus voulait du matériel il n'avait pas pu s'y prendre de trente-six manières. Lupus sait que la seule façon de faire au palais est de se rendre aux quartiers du sénéchal Kléopos afin d'obtenir une autorisation écrite. Ce document permet ensuite de se présenter à la caserne et de récupérer son dû. Ce que le licteur ignore par contre, c'est à quelle étape de ce processus se trouve le mécamancien. Il décide donc de commencer sa recherche au début du parcours et de remonter la piste par la suite. Le domaine de Kleopos est un véritable palais dans le palais au style bien particulier. Ses murs de briques blanches, ses coupoles dorées et ses ouvertures en arc brisé en font un bâtiment unique. De ce qu'en sait le licteur bien des rumeurs circulent sur cette zone. Il a entendu dire que Kleopos possède sa propre garde personnelle, des géants à la moustache épaisse et aux imposants cimetères effilés. On dit également que le sénéchal est amateur de très jeunes filles et que seuls les nobles les plus débauchés se rendent à ses fêtes... Se demandant encore quel prétexte il va pouvoir trouver pour tenter d'entrer, Lupus voit soudainement les deux portes principales s'ouvrir tandis qu'Aestus en sort précipitemment. Il est donc vivant! Ça alors! Mais que fait-il? Pourquoi court-il? Lupus le poursuit pendant quelques minutes puis, soudainement, l'homme-machine s'arrête. Il n'a pas l'air dans son état normal. Sa tête se tourne frénétiquement vers le ciel tandis que ses yeux roulent dans leurs orbites. Des pépiements incessants émanent de son être tandis que sa main droite est posée sur la crosse de son pistolet laser. Le licteur l'aproche prudemment dégraphant le bouton à pression de son holster. "Aestus? Aestus tout va bien? C'est moi Lupus, tu te souviens? On a besoin de toi pour retrouver la fille Cromwell". "Négatif". "Mais enfin Aestus, tu me reconnais!". "Oui mais l'enquête sur Scynthia Cromwell n'est plus prioritaire". "Quoi?! Mais comment ça?!!". "J'ai pu observer pendant 86 secondes un modèle chimère ML88 qui ne respectait pas les saintes règles de l'Omnimessie. La forme des ailes est hexaèdre non pentaèdre, elle mesure 43 pouces et non 47 pouces, et elle possède cinq doigts à chaque main ce qui est formellement interdit par le décrêt Corpus sine Anima". "Corpus sine Anima?". "Certains points communs ne sauraient être partagés entre les hommes et les machines. Les mains en font partie. Pas plus de quatre doigts pour un serviteur, c'est la règle". "Bon ok, admettons. Et alors? Nous avons besoin de toi! Il y a quelques heures nous avons été attaqué et tu peux...". "Négatif. Cet objectif est désormais secondaire. Suivre cette chimère et appréhender son utilisateur est devenu la priorité". "Raaah!". Lupus tape du poing sur un pilier. Avant de débuter cette foutue enquête, il était affecté à la sécurité de l'astroport. Il avait suffisement cotoyé de boîtes de conserve pour savoir qu'il était quasiment impossible de les faire changer d'avis. Décidemment, il ne comprendrait jamais leur façon de penser. "Que t'as la tête dure! Bon ok on la poursuit ta machine mais après tu viens avec nous sans discuter!". 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Vénérables Récits et Anecdotes de Campagnes

 

 

Rechercher

JDR, Fantasy et Geekeries

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pages