Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mars 2013 6 30 /03 /mars /2013 12:07

 

 

XXXIII) Superstitions ou prédictions? 

 

 

 

Lupus et Gaïa avaient trouvé le cabinet oraculaire du palais sans trop de difficultés. Un grand homme à la peau noire les avaient reçu à l'entrée et leur avait demandé de patienter dans une petite salle ronde aux canapés de cuir crissants. Il régnait une ambiance étrange en ces lieux d'un blanc immaculé, imprégnés de surprenantes odeurs exotiques et épicées. Quelque chose d'indéfinissable planait dans l'air et les deux comparses le ressentaient à la chair de poule qui faisait se dresser les poils sur leur peau. L'adepte demande: «Tu ne trouves pas qu'il y a quelque chose d'étrange ici? Je... Je ne sais pas ce que c'est mais... Je ne me sens pas tranquille!»

Le licteur hausse les épaules: «Tu te fais des idées, c'est simplement nos vêtements trempés qui nous donnent des frissons».

Gaïa secoue la tête de droite à gauche: «Je ne crois pas non. Tu sais, j'ai un certain don pour sentir les problèmes et l'homme qui nous a ouvert était tout sauf normal!».

A ce moment là, le portier en question pénètre à nouveau dans la pièce et se place face à eux: «Madame, Monsieur, veuillez remplir ce formulaire je vous prie. Cela ne prendra que quelques instants». Il leur tend alors une data-tablette en effectuant une légère révérence et repart sans un bruit. A la seconde où il disparaît, Gaïa se tourne précipitement vers Lupus et lui secoue l'épaule: «Et là tu l'as vu quand même, non?!»

«Mais de quoi?» interroge le licteur surpris.

L'adepte crit, exaspérée: «Par le Trône! La couleur de ses yeux! Tout à l'heure ils étaient mauves et maintenant ils sont gris!»

Lupus lève les mains en signe d'appaisement: «Certainement l'éclairage! Calmes-toi bon sang Gaïa! Aurais-tu un problème avec la magie?»

«Je... Hum oui j'avoue ne pas être à l'aise avec la sorcellerie» bredouille l'adepte.

Le licteur poursuit d'une une voix rassurante: «Bon écoute, j'irais voir seul le prophète et tu m'attendras là. Après tout, nous ne risquons rien ici, rassures-toi». Et alors qu'il commence à remplir le formulaire, il tente d'effacer l'image qui lui hante l'esprit: était-ce Gaïa qui avait fini par le rendre paranoïaque ou avait-il réellement vu quelque chose bouger sous le turban du réceptionniste?

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Vénérables Récits et Anecdotes de Campagnes

 

 

Rechercher

JDR, Fantasy et Geekeries

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pages