Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mars 2012 2 13 /03 /mars /2012 13:26

 

XIII) La tempête approche

 

 

Sur place, ils retrouvent un autre officier dans la salle des communications, il s'agit du licteur Cortez. Une tête déjà connue lui aussi mais pas forcément des plus agréables. D'ailleurs il semble aussi ravi qu'eux de les revoir. Il va même jusqu'à réprimander sévèremment Jaspel pour les avoir mené ici et affirme que s'il était d'accord pour les laisser entrer, c'était uniquement pour qu'ils récupèrent leur vaisseau et rien de plus. Les deux officiers commencent à élever la voix mais une intervention de Titus calme le jeu. La femme-soldat leur fait alors écouter un message radio émis en boucle sur la fréquence d'urgence: "Attention, citoyens de Sinophia, ceci est une alerte de la Marine Impériale. Ne quittez pas votre planète. Ne prenez pas vos vaisseaux. Nos satellites de défense sont tournés contre vous. Tout véhicule décollant sera abattu. Gardez votre calme et attendez nos instructions. Attention, citoyens de Sinophia...". La déconvenue est des plus grandes. L'homme-machine analyse le signal et détermine qu'il provient bien de satellites. Il décide alors d'expliquer que les fanatiques sous le commandement de Cal'Su comptent prendre l'astroport dans deux jours et qu'ils seront extrêmement nombreux et relativemment bien armés. Cortez est hors-de-lui. Il explose contre ces mécréants qui osent se soulever contre le gouvernement légitime de Sinophia. Il sait que d'une manière ou d'une autre la Cour des Rouages est toujours là. Il faut tenir jusqu'à ce qu'elle rétablisse son autorité, l'astroport est un point stratégique trop important! Il sort donner des ordres à ses hommes. Jaspel quant à elle semble dans un premier temps complètement abattue. Mais Titus lui rapelle que si un tel message est émis, c'est que le gouvernement central est au courant de la situation. Il n'y a plus qu'à tenir en attendant qu'il réagisse, probablement en envoyant la Garde Impériale. Réconfortée par cette idée, elle sort elle aussi donner ses ordres. Les personnages savent qu'ils ne vont pas chômer eux non plus, il va falloir faire de l'astroport une forteresse imprenable en deux jours...

 

En premier lieu, les blessés sont placés au dortoir. Les agents encore valides font le tour des installations et repèrent ce qui pourrait leur servir. Au niveau des véhicules, en plus de leur propre vaisseau, ils trouvent une jeep équipée d'une mitrailleuses lourde et assistée d'un servo-crâne de visée, un vaisseau d'intervention technique très légèremment armé, ainsi que deux skiffs où des fusils laser jumelés sur trépieds sont installés. Ces derniers sont amarrés à une petite plateforme flottante où un étrange mécanisme a été assemblé. Titus comprend rapidemment qu'il s'agit d'une sorte d'accumulateur qui absobe la quasi-totalité de l'énergie de la plateforme et qui est la raison pour laquelle nombre de ses systèmes ne fonctionnent pas. En poussant ses analyses, il parvient à la conclusion que ce système, relié à toutes les grilles, permet de les électrifier en permanence ou d'envoyer une puissante décharge concentrée. Il s'agit probablement d'une trace des derniers occupants des lieux. Cela lui rappelle que quelque chose le dérange fortement depuis qu'ils sont arrivés et il remonte pour prendre le capitaine Jaspel à part. "Où sont passés les technoprêtres de la station?" lui annonce t-il tout d'un bloc. "Ils... Ils ne sont plus là...". "Oui j'ai vu mais ce n'est pas ce que je vous demande. Sont-ils partis?". "Non pas vraiment je... Vous savez, vous mieux que personne ici, qu'en tant qu'officiers nous devons tout faire pour protéger nos hommes... Nous étions embourbés dans ce conflit contre le Sombreflux... Les hommes tombaient comme des mouches des deux côtés, plus personne ne contrôlait rien, un véritable carnage stérile et confus au milieu des flammes et du sang! Lorsque nous avons appris la mort du licteur général Khan, nous avons voulu sauver ce qui l'était encore. Cortez et moi-même nous sommes rendus compte que nous étions les seuls officiers encore debouts et nous avons pris avec nous tous ceux qui pouvaient nous suivre. Nous avons vu que la guerre civile s'était étendue à toute la ville et que nous ne pouvions la traverser. Nous avons donc filé droit sur l'astroport pensant pouvoir prendre des véhicules pour pouvoir faire tout le tour de la ville et rejoindre le Haut-Commandement à la Cour des Rouages...". "Et que s'est-il passé à votre arrivée?". "Il y a eu un problème... Vos confrères n'ont pas été particulièrement coopératifs et les hommes étaient à cran... Nous n'avions pas dormi ni mangé depuis presque deux jours... Cortez a fait abattre les 6 technoprêtres... En fait presque tous les notres ont tiré et... Je... Je n'ai rien fait pour l'en empêcher. Nous devions survivre, vous comprenez?!". "Et vous n'êtes pas partis finalement?". "Non.. Les hommes étaient épuisés et tous les systèmes étaient verrouillés, personne ne savait les remettre en marche... sauf les serviteurs de combat... Et puis c'est à ce moment là que nous avons découverts le message de la Marine Impériale...". Tout en parlant, Titus analyse rapidemment les dernières données contenues dans cette conversation. Il fut un temps où il aurait ressenti de la colère et aurait demandé réparation sur le champ. Pourtant, là, il n'en était rien et il se dit que sa fusion avec l'Omnimessie était vraiment sur la bonne voie. Il put réfléchir lucidemment sur la situation sans aucune interférence émotionnelle. Encore un trait de la supériorité de la Machine sur les Hommes. Toutefois, ce crime envers ses semblables ne peut rester impuni. Il le signifie à Jaspel tout en lui rapellant que leur alliance n'est que temporaire. Sur-ce il se rend dans la chapelle du Dieu-Rouage afin de prier pour ses frères et le récent blasphème de ces maudits êtres de chair.

 

Pendant ce temps, les soldats érigent une barricade à une 30ène de mètres du portail principal tandis qu'Elli et Torbal rassemblent tout ce qui peut l'être. Ils trouvent un vieux multilaser lourd cassé mais probablement réparable, ainsi que des bombonnes de prométhéum hautement explosives. A l'aide de la jeep, ils se rendent devant l'astroport et piègent la zone avec leur dernière découverte. De retour, ils ordonnent aux soldats de doubler la barricade ce qui énerve passablement le licteur qui leur en fait immédiatement la remarque. Ça ne sera d'ailleurs pas la seule altercation des heures à venir car plusieurs disputes éclateront entre Hadley et lui à la vue de tous. (Cortez estime en effet qu'ils ne sont que des "invités" ici et qu'ils ne doivent pas outrepasser leurs prérogatives, Inquisition ou pas, tandis qu'Hadley se moque de la façon dont ils ont "magnifiquement résolu le problème des technoprêtres" et à cause de laquelle plus "aucune foutue machine ne fonctionne ici"). Lors de son recueillement dans la chapelle, Titus découvre un mécanisme activant un panneau coulissant. Un coffre-fort s'y trouve et l'esprit-machine réclame les données biométriques de l'électroprêtre Pontius. Le myrmidon demande au capitaine des FDP où sont passé les corps des technoprêtres et apprend qu'après avoir été brûlé, ils ont été jetté à la mer car les hommes avaient peur qu'ils se relèvent à nouveau. Il ordonne aux FDP de les repêcher immédiatement. Il décide ensuite d'utiliser les pièces du hangar pour apporter une amélioration au vaisseau de l'équipe. Il s'agira d'un système de camouflage pour le cas où le vaisseau soit obligé de décoler et donc de faire face aux tirs des satelittes de défense. Elli et Torbal se relaient pour l'aider, leur organisme supportant bien moins la fatigue que celui du myrmidon. Après quasiment deux jours de travail acharné, le système est enfin mis en place. Ils découvrent alors que les restes calcinés des hommes-machines ont été entreposé dans la chapelle et qu'ils sont en trop mauvais état pour être exploités. Titus est obligé de pirater l'esprit-machine, l'une des choses qu'il déteste par dessus tout. Parvenant à ses fins, il découvre deux fioles consacrées, un couteau-tronçonneur de cérémonie et une mystérieuse puce qu'il ne parvient pas à identifier. A la surprise générale, Hadley vient les retrouver et leur présente les 9 bombes artisales qu'il est parvenu à confectionner. Seul Torbal se sert copieusement, les autres n'ayant encore qu'une confiance toute relative envers lui. Titus se rend au niveau des barricades où le multilaser cassé a été placé. Il parvient à le réparer mais se rend compte que l'alimentation est HS et qu'il va falloir improviser une fois de plus. Il n'a guère plus le temps de se pencher sur la question quand les soldats placés en vigie entrent en trombe: "Alerte! ils sont là! Ils sont là!" Et effectivement nul ne pouvait douter de l'arrivée de leurs ennemis. Un nuage de fumée important est bientôt visible et recouvre une longue ligne qui se rapproche. Des vibrations puis un vacarme assourdissant complète bientôt le tableau. Jaspel et Cortez hurlent leurs ordres et tous leurs hommes se précipitent aux barricades vérifiant leurs armes. Les agents de l'Inquisition en font de même tandis que les 3 prétoriens de la passerelle avant commencent à verrouiller leurs cibles. D'après leurs rapports d'acquisition, plus de 1 200 hommes leur font face. Un combat à 1 contre 12 en somme. La matinée de ce 3ème jour risque d'être rouge...

 

Arrivée à 500 mètres la cohorte se stoppe progressivement. La 30ène de camions réhaussés de grossières plaques de blindage se place en demi-cercle sur deux lignes. Leurs occupants en descendent et se positionnent prêts à faire feu. Ils produisent un son scandé, tapant sur leurs armes ou au sol, certains jouant du tambour ou du cor. Tous les hommes de l'astroport sentent leur résolution s'émietter face à ce son infernal. Heureusement ce dernier finit par s'éteindre pour laisser place à une voix amplifiée par un mega-vox. "Occupants de l'astroport. Nous sommes les forces du Gouvernement Provisoire de la Nouvelle Sinophia. Nous venons prendre possession des lieux au nom de celui-ci. N'essayez pas de résister ou nous ferons usage de la force. Envoyez nous vos commandants pour que nous puissions discuter des termes de votre rédition". Après quelques minutes de battement, il est décidé qu'iront Hadley, Titus et Jaspel. Ils sortent donc de l'astroport et se placent à mi-distance des troupes. Deux camions en face d'eux s'écartent et un petit groupe se dirige à leur rencontre. 4 hommes habillés d'une longue toge à capuche pointue armés de fusils à pompe et d'épées-tronçonneuses, un serviteur apparemment domestique poussant une chaise roulante devant lui, et dessus: le logicien Silon Jastilus! Voyant leur surprise, le viellard pousse un rire sardonique à travers son sourire édenté. "Etonnés de me voir? Pourtant vous devriez comprendre, le savoir c'est le pouvoir et le pouvoir est toujours du côté des gagnants! Sachez que votre précieuse Cour des Rouages n'est plus et que je représente les armées coalisées du Margrave Cal'Su et du Père Otelus. Le gouvernement provisoire qui en découle à la main mise sur toute la ville. Maintenant, plus personne ne peut s'opposer à eux et encore moins vous. Si j'accomplis cette mission avec succès je peux même espérer un siège au Conseil, donc vous comprendrez que je sois assez pressé. Je n'irai pas par quatre chemins, laissez-nous le passage ou sinon...". La discussion se poursuit sur ce ton désagréable sans qu'il soit vraiment possible de trouver un arrangement. Jaspel participe peu car elle est vite dépassée. Hadley ne dit pas un mot se contentant d'observer. La conversation se transforme peu à peu en joute orale entre Titus et Jastilus. Ce dernier exige qu'ils quittent immédiatement l'astroport en laissant tout sur place. De plus, s'ils leur livrent tous les "traîtres à la nation", à savoir, Cortez, Jaspel et Constantine, ils leur laisseront la vie sauve à tous. Titus met en avant le fait qu'il s'adresse à un agent de l'Inquisition et qu'ils ne peuvent se dresser contre eux. Il lui répond que ses nouveaux maîtres ont eux aussi des amis dans les adepta et qu'il sait bien que tant que la dîme impériale est versée ils ne souffriront d'aucun problème. D'autant plus que s'ils disparaissent il n'y aura pas de plainte du tout... Le ton monte, les mots deviennent plus acerbes. "Votre nouveau gouvernement se dit théocratique, il devrait respecter les Textes Sacrés! Est-ce cela la Parole de l'Empereur? Les massacres entre frères?!". "Voyez-vous homme-machine, le problème avec vous autre impériaux c'est que vous vous êtes tellement éloignés de la Vérité que vous avez fini par la déformer pour couvrir votre médiocrité. Les sacrifices et le don de soi SONT SA PAROLE! Il est temps de vous le rappeller!". Sur-ce les deux parties se séparent. La guerre est donc inévitable...

 

Jastilus rejoint son armée et entame un discours dont on entend les échos. Titus retourne à l'astroport et annonce l'échec des négociations. Tous se préparent au combat. Le technoprêtre et Torbal s'organisent pour relier le multilaser au vaisseau du Mechanicus et ainsi l'alimenter. Pendant qu'ils s'exécutent, la horde de fanatiques scande un chant de guerre. Puis soudainement des explosions retentissent derrière les lignes de camions et des projectiles enflammés sont projetés dans le ciel. "Mortiers!!!!" hurle Torbal dans son vox. Les projectiles retombent lourdement sur les 3 prétoriens placés devant. Avant même qu'ils n'aient le temps de trouver refuge derrière les grilles, les trois salves ont quasiment raison d'eux. "Voilà qui ne présage rien de bon!" annonce Jaspel les machoires serrées. Le multilaser étant finalement apte à tirer, Torbal se place sur le siège et Titus court vers l'instalation permettant d'électrifier la grille. C'est à ce moment que 400 hommes se détachent des camions et chargent vers l'astroport. Elli tire sur les 4 pièges explosifs au moment où ils passent dessus. Des dizaines meurent dans les explosions mais l'un des pièges semble ne pas fonctionner. Leurs systèmes fortement endommagés, les prétoriens ne réalisent aucun tirs significatifs et sont rapidemment mis hors-combat. La vague humaine se jette alors contre les grilles et se met à les escalader. En réaction, Titus enclenche l'électrocution à pleine puissance ce qui provoque de grandes pertes et un court-circuit. La foule, enragée par cette attaque, se saisit de grosses chaines et commence à déformer le portail principal qui tombe au sol. Dans le même temps, une pluie de cocktails molotov s'abat sur les défenseurs. Grâce à la solidité des barricades, ces derniers ne subissent que des pertes mineures. Sous les ordres de leurs chefs, ils ouvrent le feu, et leurs rafales coordonnées causent de terribles pertes aux fanatiques. D'autant plus, que Titus est parvenu à recharger le système et électrocute une 2ème fois ses ennemis. La horde hurlante est alors grandement réduite, comptant une centaine d'hommes tout au plus, quand les cors de la retraite se mettent à sonner. Les derniers fanatiques se retirent et les assiégés décident de poursuivre leurs tirs. Jastilus profite de la destruction des prétoriens pour faire avancer les camions et tirer une nouvelle salve de mortiers pour couvrir ses hommes. Quelques soldats sont ainsi touchés mais très peu. C'est donc de cette manière que s'achève cette première escarmouche, par la victoire des forces de l'astroport. La joie explose dans leurs rangs...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Vénérables Récits et Anecdotes de Campagnes

 

 

Rechercher

JDR, Fantasy et Geekeries

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pages