Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 23:22


II) La cité des morts

 

 

Paladus répond "Des zombies, chef!". "Hé hé hé! De la purée de zombies tu veux dire, frère!". "Frère Jumeau, vous êtes là aussi?". "Oui juste au dessus de vous sergent, dans l'immeuble en face, 2ème étage" répond le Blood Angel des rafales de bolter lourd ponctuant ses mots. Les morts-vivants chargent le nouvel arrivant avec avidité. Ce n'est pas la première fois que le sergent voit des cadavres animés et il sait bien qu'il n'y a qu'une seule façon de faire avec eux. Il dégaine son arme et des éclairs violacés s'agitent autour de ses mains. Le premier choc est terrible et six zombies sont broyés d'un seul coup. Au second choc, quatre d'entre eux sont projetés contre un mur où la plupart de leurs os se brisent. Ils glissent au sol complètement disloqués. La première vague est balayée en quelques secondes mais déjà une seconde se presse. Agamorr prend son élan et frappe de toutes ses forces. Six crânes sont ainsi fracassés mais le marteau continue sa course et lui échappe des mains pour tomber quelques mètres plus loin, au centre de la horde. Les zombies se jettent sur lui, s'accrochent à son armure, tentant de le griffer et de le mordre. Il continue à avancer à grand renfort de coups de pieds et de poings, arrachant les membres et explosant les corps. Mais les créatures de la non-vie sont nombreuses, très nombreuses, et bientôt le sergent est complètement enseveli sous la foule hurlante. Les genoux à terre, il sent leur filet de bave dégoulinant sur lui et son propre sang qui s'écoule en minces filets à travers son gorgerin. La cacophonie qu'ils produisent est insupportable. Le moindre recoin de son armure est griffé, fouillé, rayé, les innombrables ongles acérés et corrompus cherchant la plus insignifiante ouverture pour s'y faufiler. Le héraut space-marine tourne la tête de tous les côtés et soudain il le voit, il est là, son marteau. Ni une ni deux, il pousse un cri de guerre terrifiant "Nous sommes Sa fureur!", se relève et se jette en direction de son arme.

 

La suite n'est qu'explosions de lumière électrique et de sang. Paladus voit soudain un contenair-poubelle projeté de la ruelle à l'est, voler dans sa direction, s'écraser sur des zombies, puis rebondir et en aplatir d'autres. Le second étage de l'immeuble voisin est soufflé par une explosion. Jumeau, vient de jeter une grenade et de sauter dans le vide. Durant sa chute, il se retourne et continue à faire feu sur la meute de loups-zombies qui le harcèle. Ses ennemis pleuvent, cramés par l'explosion ou fauchés par ses bolts, juste avant que lui-même ne s'écrase sur une voiture stationnée en contrebas. Cette dernière vole littéralement en éclats sous le choc tandis qu'il passe quasiment au travers. Paladus continue à exécuter ses redoutables techniques de combat, un pistolet-bolter à chaque main. Il voit le sergent Agamorr sortir de la ruelle et se diriger vers lui. Le regardant il ne peut s'empêcher de remarquer l'espèce de mousse verdâtre qui se met soudainement à pousser sur les façades. Il tourne la tête et remarque que les voitures le long du trottoir se mettent à rouiller à vitesse grand V. La taule perd sa peinture, les vitres se fissurent, les pneus se dégonflent... Les morts-vivants cessent leur assaut furieux et sont agités de violents tremblements. "Mais... Qu'est ce qui se passe?". Agamorr et Jumeau le rejoignent. "Space-marines, préparez-vous pour le 2ème round!" annonce le sergent. Force est de reconnaître qu'il n'a pas tort. Les zombies ont leur corps qui se gonflent, deviennent plus grands, plus forts et leurs griffes atteignent la taille de véritables épées. Leurs orbites sont désormais habitées par une flamme verte malsaine, ils poussent un hurlement glutural et passent à l'attaque. L'équipe adopte instinctivement une formation en triangle ce qui lui permet de résister à la pression de l'assaut. Toutefois leurs serres ont le tranchant du diamant et les armures sont mises à mal. Puis, aussi soudainement qu'avait débuté leur spectaculaire transformation, les zombies restant se dégonflent et s'écroulent au sol comme foudroyés.

 

Agamorr: "Bien une bonne chose de faite!" s'exclame t-il en enlevant son casque.

 

Jumeau: "Qu'est ce qui s'est passé là?"

 

Paladus: "Peu importe! Tout ça n'est que sorcellerie!". Il donne un coup de pied dans l'un des cadavres.

 

Agamorr: "Frère Jumeau, est-ce votre capsule que je vois là complètement réduite en morceaux?"

 

Jumeau: "Oui, sergent. On peut dire que j'y suis passé près" dit-il en montrant du doigt le toit de l'immeuble cent mètres plus haut.

 

Agamorr: "L'Empereur nous met tous à l'épreuve, vétéran. Quelqu'un sait où se trouve le libraire Praetus?"

 

Jumeau: "Je n'ai eu aucune communication".

 

Paladus: "Moi non plus sergent".

 

Agamorr: "Bon et bien nous n'avons pas vraiment le choix, la mission avant tout. D'autant plus que nous avons un délai à respecter. Il saura nous retrouver".

 

Paladus: "Combien de temps nous reste t-il?"

 

Agamorr: "Hum... Voyons..." Il se saisit de son auspex et règle l'horlogium intégré. "Le gouvernement de la planète a perdu tout contact avec cette ville il y a 72 heures. 9 heures plus tard il recevait une demande de rançon et 11 heures plus tard le capitaine Iyadus nous confiait cette mission. En comptant le trajet et le temps qui s'est écoulé depuis que nous avons atterrit... Nous avons devant nous à peu près 19 heures".

 

Jumeau: "Et où allons nous, sergent?"

 

Agamorr: "Nous allons faire les choses dans l'ordre. Il nous a été demandé de retrouver les Drakenlord, la famille régnante sur Antherak, puis de mettre fin à cette menace en abattant ceux qui se trouvent derrière tout ça. Nous devons également tout faire pour éviter le combat avec la présence extremis malleus qui se trouve en ces murs et qui a été détecté par nos satellites. Regardons d'abord si nous captons la signature thermique de l'une de nos cibles... ". Il pianote sur l'auspex.

 

Tout à coup, le sol se met à trembler de manière répétée. Les bouts de verre encore accrochés aux fenêtres des immeubles tintent ou tombent. La neige autour d'eux commence à fondre. Un vent nauséabond chargé d'une odeur de charogne et de sang se met à souffler.

 

Paladus: "Qu'est ce que c'est que ça, sergent?"

 

Agamorr: "Ça? Je suis prêt à parier mon marteau que c'est la créature que nous devons absolument éviter! Coureeez!"   

Repost 0
28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 23:20

... Les zombies d'Antherak 

 

 

Zombie.PNG

Repost 0
28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 23:19

 

     

 

 Chapitre V: De Peste et de Glace

 

 


I) Début chaotique


Paladus sent une légère décharge lui parcourir le corps et ouvre les yeux. Il inspire soudainement bruyamment ressentant brutalement l'absence d'air dans ses poumons. Il se redresse et appuit sa tête casquée dans sa main. Ou devrait-on dire dans sa nouvelle main, ce chef d'oeuvre de technologie capable de broyer un bras d'Ork aussi suremment qu'un bout de bois. Le Storm Warden n'avait pas fait les choses à moitié et avait pesé de tout son récent prestige de vétéran pour obtenir cette merveille. Il avait finalement reçu l'autorisation de sa hiérarchie et le techmarine Zobec la lui avait installé. Il avait ensuite passé deux mois à apprendre à s'en servir à la perfection pendant que son camarade Blood Angel en faisait de même avec sa nouvelle jambe mécanique. A cette pensée Paladus presse la rune de son comm-vox ce qui le fait grimacer de douleur. Il avait la tête qui tournait et une sensation de nausée qui ne lui quittait pas la gorge. Manifestement, les largages en navette ballistique étaient de pire en pire. Il espérait que ses autres compagnons avaient eu plus de chance que lui. "Killteam Phoenix, Killteam Phoenix, répondez. Ici le vétéran Paladus est-ce que quelqu'un m'entend?". "Frère Paladus ici le sergent Agamorr. Je suis dans un tunnel... Sous terre... Peut-être des égouts... Je vais essayer de rejoindre la surface. Où vous trouvez-vous?". "Je suis dans...". Paladus tourne la tête et regarde autour de lui. Sa capsule a traversé un grand bâtiment et s'est écrasée sur des sortes de grosses machines industrielles. Sur son trajet, plusieurs gros cables de haut voltage ont été arraché et à présent, ils sont furieusement agités par des spasmes électriques au niveau du sol. Certains pendent encore du plafond mais projetent de puissants arcs bleutés. "... une sorte d'entrepôt ou de salle des machines. Je sors de là et je vous rejoins". "Mes frères je ne peux guère vous parler" chuchote le space-marines Jumeau. "Que se passe t-il frère devastator?". "Je... Je crois que je suis en équilibre. Je vais tenter de sortir. Je coupe la communication". "Très bien. Tous au rapport dans 20 minutes" décide le sergent. Paladus se redresse et examine les alentours. Les cables forment un véritable labyrinthe électrique où que se pose son regard. Atteindre la sortie n'allait pas être simple, il en avait le pressentiment...

 

Jumeau déclenche l'ouverture d'urgence et sent un vent mordant et froid souffler. La vision d'un ciel nuageux s'offe à lui. Bon je suis dehors se dit-il, surtout pas de geste brusque. Il entend le craquement de métal de sa capsule et la sent à nouveau tanguer d'avant en arrière. Le plus délicatement possible il se met assis et examine l'endroit où il se trouve. Un toit d'immeuble à une centaine de mètres du sol, sa navette en équilibre sur la corniche. "Gén-ial" dit-il ironique. Décidément, il avait l'impression que l'Empereur lui en voulait depuis quelques temps, et là, ça se confirmait! Il détache son bolter lourd avec précaution et tourne son buste sur la droite vers la tranchée creusée dans les plaques de lithobéton par son véhicule. "Bon ça passe où ça casse! Un, deux...". Et avant même qu'il ait le temps de réagir, sa capsule se penche définitivement en avant et glisse dans le vide. Jumeau tente de se rattraper tant bien que mal mais se retrouve seulement avec des débris de pierre dans les mains. Assurément, l'Empereur lui en veut pense t-il avant de basculer complètement.

 

Étrange se dit Agamorr. Il jurerait avoir entendu un cri. Cela faisait maintenant cinq bonnes minutes qu'il avançait dans ce tunnel obscur à l'eau croupie. D'après ce qu'il avait pu voir au point d'impact de sa capsule, il devait se trouver à plus de 600 mètres sous-terre. Une façon pour les autorités municipales de protéger la tuyauterie de la ville du gel qui sévit quotidiennement à la surface de Sepheris Secundus. Cela n'empêchait pas l'air ambiant d'être glacial. Soudain il se stoppe. Il est certain d'avoir ressenti un léger contact au sommet de son crâne. Sans regarder, il tend la main en arrière et sent un contact froid et dur. Il tire dessus d'un coup sec. Aucune résistance. Au contraire même, la chose se fracasse par terre. Il se retourne et voit à la lueur de son marteau-tempête qu'il s'agit d'un cadavre gelé, maintenant brisé en morceaux. L'homme est habillé d'une blouse complète grise d'ouvrier. Ses galons indiquent qu'il avait atteint le statut de contre-maître. La corde qui lui enserre le cou ne laisse planer aucun doute sur la cause de la mort. Un papier chiffoné dans sa main explique simplement "Ils sont partout, il n'y a aucun espoir. Le bruit attire leur chef. Pardonne mon péché Ô Empereur...". Ainsi leur ennemi n'est pas seul. Agamorr se redresse et hâte le pas. Il doit rejoindre ses camarades au plus vite car il se pourrait que la résistance soit plus vive que prévue. Après plusieurs passages glissants et deux-trois changements de direction à cause de ponts métalliques dont il n'avait aucune confiance pour supporter son poids, le sergent débouche sur un passage ascendant se terminant à une dizaine de mètres du sol par un large boyau éclairé par la lumière extérieure. Bien que soulagé, Agamorr n'en reste pas moins méfiant car ce puit est creusé d'une manière qui n'a rien d'humaine. Il fait quelques pas dans la neige fondue mélangée à l'eau insalubre et examine autour de lui, le marteau prêt à frapper. Les débris et les bords suggèrent qu'un projectile de grande ampleur est tombé ici pourtant on n'en trouve aucune traces. De plus, les quelques flocons qui tombent sur les murs sont immédiatement dissouts produisant de petites voluptes de vapeurs blanches. Agamorr s'approche et constate que cet effet est dû à une sorte de moisissure ou de champignons se trouvant un peu partout. Il reste pensif quelques secondes se demandant si... Mais qu'est ce que c'est? Un coup de feu, puis un autre! Des rafales à présent! Toute une vie de combats ne lui laisse aucun doute, ce sont des détonations de bolters modèle Astartes qui résonnent. Le sergent se rue à l'assaut du mur et l'escalade avec hardeur. Son ascension est d'autant plus facilité vu que les murs sont bizarement friables, ses doigts s'y enfonçant comme dans une plaquette de beurre. Mais il n'a pas le temps de réfléchir plus longuement à la question, il est maintenant à la surface, dans une ruelle entre deux immeubles et voit Paladus dans une longue avenue aux prises avec des hordes d'ennemis. Des centaines d'hommes, de femmes et d'enfants l'attaquent sauvagement à mains nues. Ils semblent totalement insensibles et se battent avec une frénésie quasi surnaturelle. Agamorr s'avance en courant et hurle dans son vox "Paladus, j'arrive par l'est. Que se passe t-il?". Plusieurs têtes se retournent vers lui. Leurs yeux blancs, leurs dents pourries, leurs chairs putréfiées et leurs vêtements maculés de sang séché imposent la seule conclusion possible.

Repost 0
28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 23:17
Frère JumeauFRERE JUMEAU (JOUE PAR ILIOS) 
PRIMA VETERANUS / NIVEAU 5
DEVASTATOR DE LA DEATHWATCH
ORIGINAIRE DU CHAPITRE DES BLOOD ANGELS 
SOIF DE SANG / CALCULATEUR
SIGILUM FERRATUM 
 
          
 
 
 
 
 
 
Frère PaladusFRERE PALADUS (JOUE PAR MAX)
PRIMA VETERANUS / NIVEAU 5
MARINE TACTIQUE DE LA DEATHWATCH
ORIGINAIRE DU CHAPITRE DES STORM WARDENS 
ASPIRE A LA GLOIRE / AMBITIEUX
CLOU FRONTAL
SCEAU DE PURETE              
 
 
 
 
 
 
 
22.PNGFRERE AGAMORR (JOUE PAR BENJI)
SERGENT MAJORIS / NIVEAU 7
MARINE TACTIQUE DE LA DEATHWATCH
ORIGINAIRE DU CHAPITRE DES STORM WARDENS 
ASPIRE A LA GLOIRE / MENEUR D'HOMME
HALO DE FER
SCEAU DE PURETE
 
 
 
 
 
 
 
PSYKER-Praetus.PNGFRERE PRAETUS (JOUE PAR JULES)
PRIMA CLASSIS / NIVEAU 3
LIBRAIRE DE LA DEATHWATCH
ORIGINAIRE DU CHAPITRE DES DARK ANGELS 
FILS DU LION / AMBITIEUX
Repost 0
15 mars 2012 4 15 /03 /mars /2012 23:29



VI) L'Imperium a ses raisons


 

Jumeau rouvre les yeux. Il est à l'intérieur d'un vaisseau, au sol, allongé dans une flaque de sang. Paladus est face à lui son casque entre les mains "...rère! Frère! Reprenez-vous! Nous ne pouvons pas encore mourir! La flotte du Chaos est toujours là!". "Et Nemeroth?". "Plus personne n'entendra parler de lui". "Parfait. Qu'est-il arrivé à votre main?". "Elle était devenue impropre à servir l'Empereur. J'ai dû m'en séparer". "Je vois. Et où sommes nous?". "Dans son vaisseau. Un modèle ThunderCry tout comme le notre". "Alors il y a une solution pour tout arrêter...". Les deux frères-marines se redressent et se rendent péniblement jusqu'au poste de commandes. Bien qu'il y ait des runes impies partout, cet engin n'est rien de plus qu'une ancienne relique impériale corrompue. Les systèmes principaux sont exactement les mêmes. Ils parviennent à sortir la tourelle-laser et tirent à pleine puissance sur la plateforme et les piliers. Après plusieurs salves réussies, des éclairs bleus crépitent furieusement autour des colonnes tandis que l'une d'elle s'écroule sur les autres. Les space-marines, à l'article de la mort, sortent du vaisseau et constatent avec joie que le désaxe de la structure entraine la fermeture du portail. Toutefois, leur bonheur est de courte durée lorsqu'ils se rendent compte que toute une partie du bâtiment de guerre est aussi coupée par le processus et s'apprête à s'écraser. "Viiiite! A l'intérieur!". Un craquement ahurissant ressemblant à des milliers de tonnerre se fait entendre tandis que la zone est bombardée de débris capables de faire trembler la terre. Tout explose ou prend feu autour d'eux. Les deux frères de bataille, sentant leur fin proche, se posent mutuellement une main sur l'épaule. "L'Empereur a bien été servi aujourd'hui frère Paladus". "Oui, frère Jumeau. Loué soit Son nom pour la gloire qu'il a bien vulu nous accorder". C'est la fin de tout pour nos deux héros.

 

Le capitaine Iyadus regarde les écrans de contrôle. Les courbes semblent s'être stabilisées. Les adeptes de l'Officio Medicae se pressent de toutes parts ajustant des branchements ou entrant des codes sur les multiples cogitators. Les deux capsules cryogéniques rétroéclairées projetent une lueur créant une sorte de halo bleu vif. De la vapeur épaisse et glacée renforce cette impression de boule lumineuse. Malgré les bruyants va-et-viens des techniciens, ce sont les sons répétitifs des deux respirations assistées qui emplissent la pièce de ses notes. L'officier astartes s'avance et balaie le givre du cercueil de glace. Un visage apaisé apparaît. "Il pensait mourir en accomplissant son devoir" se dit-il. Cela lui rappelait sa propre expérience il y a quelques années contre la flotte tyranide Dagon. Lui non plus on ne lui avait pas laissé le choix. Lui aussi on l'avait ramené. La mort ne les délivrera pas aujourd'hui de leur vie de combats douloureux et de sacrifices démeusurés...

 

L'apothicaire Eïko s'approche de lui "Ne vous inquiétez pas mon capitaine, ils survivront. Toutefois 4 mois-standard seront nécessaires pour réparer leurs corps. Des morceaux brisés d'armure sont plantés partout jusque dans leurs organes. Une fois reconstitués physiquement nous pourons les sortir de leur état cataléptique". "Et en ce qui concerne la main et la jambe tranchée?". "Nous n'avons pas pu les retrouver. Ils devront passer par des prothèses". Rien d'étonnant pense Iyadus vu les tonnes de décombres sous lesquelles on les a retrouvé. Les restes d'un immonde vaisseau d'une obscure légion renégate. Si l'Inquisition n'était pas intervenue, il se serait occupé lui même de détruire chaque petite parcelle de cette épave blasphématoire. "Et vous savez quels sont les projets de l'Inquisition en ce qui concerne Oméga VI?". "Aux dernières nouvelles, l'exterminatus a été décidé. On peut dire qu'ils ont été retrouvé à temps. Quelques jours de plus et ils disparaissaient avec la planète". "C'est exact mais n'oublions pas que tous les space-marines accueillent la mort avec joie si elle aide aux desseins de l'Empereur" dit-il en s'éloignant. Il ajoute plus pour lui même que pour son interlocuteur "Mais de toute manière, avons-nous vraiment le choix?"  

Repost 0
15 mars 2012 4 15 /03 /mars /2012 23:28

... Nemeroth, le choisi

Nemeroth-le-choisi.PNG

Repost 0
15 mars 2012 4 15 /03 /mars /2012 23:27

 

V) L'art de la guerre


C'est au sud que Jumeau, à la tête des véhicules motorisés, force le barrage, effectue un dérapage et arrose les rebelles à revers, visant en priorité les armes lourdes. Les deux gyrocopters arrivent de l'est et bombardent les chapiteaux. Simultanément, Paladus arrive de l'ouest avec le ThunderCry et sulfate à la tourelle-laser les hordes de rebelles. Après une panique de quelques minutes, les insurgés réagissent: une DCA est révélé crachant ses obus sur les gyrocopters, plusieurs groupes de rebelles s'équipent de lance-missiles portables et font feu sur Paladus, un flot de grenades et le feu brûlant de lance-flammes prennent en tenailles les motos et les jeeps qui n'y survivent pas. Jumeau descend de sa moto et apporte la mort à tous ceux qui se présentent à lui. La chimère, aveuglée par une carcasse en flammes, poursuit trop longtemps sa route et finit par plonger dans le vide. Les 3 camions se stoppent et déversent les arbites qui ouvrent le feu de manière mesurée et précise. Le chapiteau le plus proche de Jumeau s'effondre dévoilant le char d'assaut qui en sort. Le vaisseau reste la cible prioritaire des rebelles et les centaines de tirs qu'il reçoit ont tôt fait de l'endommager. La situation devenant trop risquée, Paladus décide de se faire éjecter par transport balistique, et ordonne au vaisseau de reprendre sa position orbitale tout de suite après. Il choisit un point d'impact précis: le tank. Sa capsule est projetée comme un missile et traverse de part en part le blindé qui, explose et se retrouve propulsé dans les airs, manquant de peu d'écraser Jumeau en retombant. Paladus, lui, se retrouve coincé dans la galerie creusée par sa capsule et voit qu'en sortir ne sera pas simple. Jumeau monte à l'assaut des hordes qui se pressent à l'ouest tandis que les arbites s'occupent de celles qui ont été dispersé à l'est, préférant agir avant qu'elles n'aient l'idée de se reformer. Au plus fort des combats, le Blood Angel voit les deux gyrocopters s'écraser non sans avoir remplis au préalable leur mission et détruit la DCA. De puissants tremblements se font alors sentir, paniquant les hommes des deux bords. Jumeau se tourne vers leur origine, le centre de la mine, et voit qu'une sorte de grosse structure en pierre et en train de grandir passant au travers des bâches. Redoutant le pire quand à cette nouvelle surprise, il pousse alors les prisonniers à passer à la révolte ouverte "Que ceux qui veulent vivre se joignent à moi car il n'y aura que la mort pour mes ennemis!". Les phrases qu'ils distillent ont un effet certain et, partout les mineurs s'emparent de pioches et de découpeurs laser. Le devastator fonce vers l'élevateur et voit en chemin Paladus qui parvient enfin à s'extraire de la roche. Hélas, une centaine de rebelles se trouvent devant lui et ouvre le feu avant même qu'il ne puisse réagir. Le Storm-Warden sait que seul l'Empereur a rendu sa survie possible en faisant s'effondrer les pierres qui ont absorbé les dégâts. Son camarade arrive, le tire de ce mauvais pas et ils se rendent ensemble au niveau de la passerelle. Ils savent que le temps presse: la structure au centre s'élève maintenant à presque 10 mètres de haut et des murmures de voix spectrales se font parfois entendre. Ils ordonnent aux arbites d'établir un barrage juste devant l'élevateur et descendent en l'utilisant. Après une rapide phase où Paladus est bloqué sur le monte-charge et Jumeau descend en rappel pour trouver le boitier de commande et le remettre en route, ils se retrouvent tous deux en contrebas. Ils sont rapidemment rejoint par un commando allié de 30 hommes qui prennent position autour d'eux pour les protéger. Ils observent la cité en ruine où les restes déchirés des bâches sont accrochés comme des drapeaux. L'antique structure labyrinthique est plongée dans le silence (tout est relatif car les combats font toujours rage au premier niveau) et s'étend dans toutes les directions. Le crépuscule naissant accentue l'obscurité et la fraîcheur de l'endroit tout en intensifiant la luminosité de la brûme phosphorescente qui stagne au niveau du sol. Le groupe ne doit pas perdre de temps car déjà l'assemblage au centre à atteint les 20 mètres de haut et commence à s'activer. Il se présente sous la forme de 4 piliers légèrement arrondis, dressés vers le ciel comme des doigts crochus, une large pointe de métal en constituant le bout. Des runes de nature inconnues sont gravées sur toute la surface et des éclairs rouges partant des pics au sommet se recontrent, formant une sorte de faille psychique noire qui croît de seconde en seconde. "Trône! Quel est ce maléfice?!". "Gammalus n'est plus notre priorité, on doit arrêter cette chose!". Jumeau se tourne vers les arbites "En avant!" et tous se mettent à courir vers le centre. Il ne doit qu'à ses améliorations bioniques l'esquive qu'il réalise sur le missile qui passe en sifflant et explose derrière lui. Des troupes ennemies sont cachées dans les ruines. "Arbites! Déployez-vous!". Une furieuse bataille s'engage mais les anges de la mort décident que ce combat n'est pas le leur. Après quelques détours et murs traversés, ils se retrouvent enfin près des étranges colonnes. Ce qu'ils voient alors, dépasse leurs pires craintes...

 

Des escaliers de pierre se trouvent devant les colonnes et conduisent à une plateforme en hauteur. Sur cette dernière se trouve une sorte de clavier en marbre. Un étrange et imposant personnage drappé en noir pianotte de ses griffes de fer sur les runes d'acier. Un homme-machine se trouve à ses côté et semble lui donner des instructions. Ses implants occulaires prohéminants, son torse de métal et son bras perce-muraille ne laissent planer aucun doute: il s'agit de Gammalus! Les frères de bataille s'approchent afin de mieux entendre ce qu'ils se disent. Le vent, se transformant parfois en paroles éthérées, hurle de plus en plus fort tandis que la faille psychique atteint maintenant la taille de la mine tout entière. Une odeur de métal et d'ozone envahit les alentours tandis qu'un goût de sang persiste dans la bouche. Jumeau et Paladus se stoppent derrière des grosses caisses de métal et ont la surprise de se rendre compte qu'elles ressemblent énormément à celles que la Deathwatch utilise pour le transport des armes. En examinant quelque peu, ils parviennent même à trouver les restes de peinture représentant un aquila. Comble de l'horreur, une étoile à 8 branches a été peinte par dessus. Pris soudainement d'un horrible doute, ils tournent la tête sur la droite où se trouve la dernière bâche encore en place mais secouée de spasmes par les souffles violents. Un pan se détache et se soulève laissant voir pendant quelques secondes un vaisseau quasiment identique au leur mais dont la coque est dédiées aux Puissances de la Ruine. "Que faites-vous là insectes?!" crit tout à coup Gammalus de sa voix robotique. Les space-marines se redressent et se rendent compte qu'un servo-crâne les a repéré et a transmis l'info à l'homme-machine. Paladus lance "Et vous que faites-vous Gammalus? Il faut cesser cette folie!". "Erf! Vous ne comprenez rien à rien comme toujours! Pourquoi perdre mon temps avec des êtres si limités!!". Le personnage derrière lui, pose alors une main sur son épaule et prononce d'une voix limpide et claire "Gammalus occupe toi d'eux". A ces mots le technprêtre renégat sort un fusil à pompe à répétition de derrière son dos et commence à tirer sur nos héros. Plus vif que l'éclair, Jumeau pointe son bolter lourd et tire ses ultimes munitions. L'homme-machine n'y résiste pas et dès le second assaut ses jambes sont disloquées, faisant tomber le reste de son corps en avant. Il roule dans les marches et finit sa course à la moitié. Jumeau et Paladus jettent leurs armes vides et dégainent leurs lames. L'homme mystérieux commence à descendre les marches en riant: "Ah ah ah! Et qu'espérez-vous faire exactement? Vous opposer au Grand Architecte? Nul n'y est arrivé avant vous et ça ne commencera pas aujourd'hui! Vous arrivez trop tard!". Tout en avançant il ouvre ses bras et sa toge se déchire, aspirée par l'immense portail-warp qui est maintenant matérialisé. Peu à peu se dévoilent ses contours, son armure énergétique intégrale bleue et dorée qui semblent être faite d'écailles, son casque terminé par deux cornes tâchées de sang séché, son épée aux reflets changeant dont l'oeil placé sur la garde ne cesse de gigoter. Il arrive au niveau de Gammalus suppliant "Maître Nemeroth, aidez-moi". "Non Gammalus, ton rôle s'arrête ici" et il lui écrase la tête de sa botte d'acier. Les deux frères se regardent et partagent la même pensée. Ils savant qu'ils ne feront pas le poids face à lui dans leur état actuel et clairement sous-armés. Alors, envers et contre tous leurs principes, ils ouvrent les caisses de métal et s'équipent d'armes corrompues par les influences néfastes du Chaos. Jumeau se saisit d'un bolter lourd et Paladus d'un pistolet bolter. La sensation de se munir de tel objet leur donne la nausée et des maux de tête. Quelques secondes leur sont nécessaires pour reprendre leurs esprits. En utilisant de telles armes c'est comme s'ils tiraient sur leurs propres frères, ils le savent, mais ont-il vraiment le choix? La gigantesque proue d'un destroyer du Chaos commence à traverser le portail et se répand dans la réalité de cette planète tandis que le space-marine du Chaos est quasiment arrivé au bout des marches. "Je suis l'aspirant champion Nemeroth, un instrument du Grand Plan de Tzeentch, rien de plus. Notre avant-garde sera là d'ici quelques minutes et il n'y a rien que vous ne puissiez faire. J'étais comme vous autrefois bercé d'illusions sur l'univers et le vrai sens de la vie mais je vais vous dire, le constat est simple: mieux vaut mourir au crépuscule de la liberté que de respirer encore à l'aube de VOTRE TYRANIE!". Les trois adversaires se lancent alors dans une danse frénétique où chaque coup porté peut être mortel. Jumeau initie le combat par deux rafales mais doit très vite se raviser lorsque le Storm-Warden se rue au contact. Ce dernier tire de son arme de poing tout en executant des prises assassines de son couteau sanctifié. Mais son adversaire est un bretteur hors-normes qui le surclasse largement. Son premier coup l'entaille sévèremment sous le bras droit. Son second moulinet lui transperce l'épaule gauche. Ensuite, il l'empoigne d'une main à la gorge et lui passe son épée au travers au niveau du ventre. Un coup de pied l'envoit finalement rouler au bas des escaliers. Le Blood Angel ayant de nouveau un angle dégagé rouvre le feu mais le désespoir commence à le gagner lorsqu'il voit le champion bloquer la plupart des bolts et continuer d'avancer vers lui. Pendant ce temps, Paladus revient à lui et se laisse envahir par la haine. Cela plait à son arme impie et il la voit avec horreur se fondre à son gantelet. N'étant pas homme de demie-mesure, il prend la seule décision qui lui paraît juste, il tend son couteau sanctifié vers les cieux où le cauchemardesque vaisseau continue d'avancer à travers le portail. "Empereur, pardonne ma faiblesse" et il abat la lame d'un coup sec. Nemeroth se trouve devant Jumeau et le domine d'au moins deux têtes. Il détourne le tir de son bolter et abaisse son épée de toute ses forces. Jumeau s'effondre au sol dans une fantastique gerbe de sang. Sa jambe droite tombe à côté de lui, tranchée net. Il hurle de douleur et manque de s'évanouir. Il sait qu'il perd conscience et qu'il lui reste peu de temps. Il rampe jusqu'à son arme sous les rires de son ennemi. Il se tourne sur le dos et ouvre le feu tandis qu'il entend derrière lui la voix de son camarade crier "Grenaaaaaade!". Puis soudain tout est noir.

Repost 0
15 mars 2012 4 15 /03 /mars /2012 23:23

 


IV) Markus Coud'boule


Les deux frères de bataille enfourchent à nouveau leur moto et se rendent à l'endroit indiqué sans autre forme d'incident. Une fois à proximité ils observent un barrage de rebelles sur la route. Plusieurs véhicules, de l'armement lourd et le gyrocopter de tout à l'heure se trouvent ici. Ils renoncent à franchir l'obstacle en force et font le tour à pied. Ils trouvent finalement un bâtiment en ruine qui leur permet d'approcher suffisement près sans être vu. Jumeau observe par une fissure: tout est calme. Les space-marines se saisissent de leurs armes et passent à travers le mur branlant exécutant tout rebelle à portée. Leurs premières victimes sont ceux qui essayaient de réparer l'engin volant. Viennent ensuite les hommes des barricades qui, complètement abassourdis, sont incapables de s'organiser et se font véritablement massacrer. Certains entrent dans leur véhicule et reculent jusqu'à la tour pour se mettre à l'abri. La route se retrouve donc de ce fait grandement pratiquable. L'armement de la tour verrouille nos deux héros et commence à faire pleuvoir une pluie de feu sur tous ceux qui se trouvent en contre-bas de façon indistincte. Les surhommes trouvent refuge dans un trou d'obus et appellent les arbites en renfort. Il ne faut pas bien longtemps pour qu'ils arrivent sur place et ils sont alors pris pour cible. Ayant enfin les mains libres, les deux compagnons courent jusqu'à la tour. Jumeau fait feu sur la porte et tente de l'enfoncer, tandis que Paladus la juge trop massive et décide d'escalader la paroi jusqu'au premier balcon. Il doit faire face aux jets de grenades depuis les fenêtres et éprouve les plus grandes difficultés à s'élever de quelques mètres. Il est bientôt rejoint par Jumeau qui, par un malheureux accident, a bloqué son bolter lourd sous la porte. Il arrive assez facilement jusqu'en haut et fait tomber de la passerelle les lanceurs de projectiles. Il entre dans la pièce qui se présente à lui, suivi de près par Paladus. La grande salle circulaire ne contient rien de bien intéressant pour eux mais très vite les choses changent puisque le plafond craque pour laisser passer un gigantesque ogryn mutant. "Markus pas conteeent! Vous mouriiiir!!". Leur nouvel adversaire les toise d'un regard fou, visiblement excité par la perspective d'un combat intéressant. Mesurant plus de 3 mètres de haut et autant de large, il porte une grande veste ouverte constituée d'une dizaine d'uniformes d'arbitrator cousus entre eux. Son torse et ses bras nus arborent plusieurs scarifications et des tentacules s'agitent dans son dos. Chacune de ses énormes mains tient une mitrailleuse gaitling comme s'il s'agissait d'un simple pistolet de duel. Ses deux énormes cornes de béliers et les multiples étoiles à 8 branches sur son corps laissent à penser aux fils de l'Empereur que cette immonde créature a pactisé avec les forces du Chaos. "Où est Gammalus?" crit Paladus. Les yeux globuleux du monstre clignent d'incompréhension "Boss Nemeroth va être fâché par votre faute! Lui pas aimer quand pas livré!". "Nemeroth? Qui est Nemeroth?". "Pouah question débile! De toute façon vous casser mes jouets, moi casser vous!". Sur-ce il braque ses armes et commence à faire feu détruisant tout sur son passage. Jumeau dégaine son pistolet bolter et tire sur le géant. Paladus en fait de même mais enraye sa dernière arme. Il dégaine alors une fois de plus son couteau en adressant une prière à l'Empereur. Sa charge est très vite stoppé par Markus qui, en plus d'être une arme lourde à lui tout seul, n'en est pas moins un redoutable combattant au contact. Les rafales de gaitling font s'écrouler tout un pan de mur sur Jumeau. Paladus parvient à placer un redoutable coup au foie, mettant boyaux et autres organes à l'air. Markus loin de s'en épouvanter, jette ses armes, tient ses viscères d'un main et poursuit le combat de l'autre. Il attrape le Storm-Warden, lui enfonce quelques côtes d'un attaque de genou et l'envoi valser au sol d'un coup de tête, son casque irrémédiablement déformé. Jumeau se relève et fait feu tout en avançant. Il esquive l'une des gaitling que l'ogryn lui jette dessus et parvient à le blesser sérieusement au cou et au bras. Mais rien ne semble pouvoir arrêter le monstre couvert de sang, qui attaque Jumeau de ses poings. Paladus se redresse couteau en main et exécute une charge magistrale qui coupe un bras au monstre. Ce dernier tente alors un encornement et se rate, présentant de fait sa nuque à ses adversaires. Il n'en faut pas plus pour que Paladus lui coupe la tête. Une fois leur terrible chef abattu, les rebelles de la tour ne tardent pas à se rendre. Mais les arbites fous de vengeance ne laissent aucun survivants. Les space-marines n'y voient aucun inconvénient et font la découverte d'autres arbites captifs dans une des tours de l'étage ce qui monte le nombre de l'escouade alliée à presque 200. Les deux frères-marines enlèvent leur casque pour éponger leur front. Ils partagent le même sourire, celui de ceux qui rendent l'Imperium meilleur jour après jour. "Et maintenant mon cher ami tu penses à la même chose que moi?". "Oui. Allons voir ce qui se trame au nord et trouvons Gammalus".

 

Cependant la dernière victoire est entachée d'une triste nouvelle: le marshall Renart a été tué durant le combat. Les deux anges de la mort se reccueillent quelques instant avec l'ensemble des troupes pour faire honneur à sa mémoire. Will Renart était un digne fils de l'Empereur. L'officier en second est un jeune praetor du nom de Willmar. Essuyant visiblement son premier feu, il roule des yeux paniqués lorsque Paladus lui annonce qu'il hérite désormais du commandement. Il part en bégayant organiser l'escouade pour le voyage qui s'annonce. Cette nouvelle préparation est plutôt longue peut-être à cause du manque d'assurance de Willmar mais certainement aussi à cause du grand nombre de blessés dont il faut s'occuper. Paladus en profite pour nettoyer sa lame. Jumeau lui tend son pistolet bolter: "Tiens frère, tu auras besoin de ça". "Et toi?". "Moi? J'ai ça!" répond le Blood Angel en tendant son bolter lourd. Finalement c'est sous un soleil de plomb que le convoi se met en mouvement. Le 2ème gyrocopter a été réparé et assure lui aussi l'escorte. Ils traversent les paysages hostiles de cette planète où rien ne pousse. Le relief montagneux est composé de rochers rouges et de vallées désertiques à perte de vue. Des vents secs chargés de sable balaient de temps en temps leurs visages. La chaleur est étouffante et l'ombre de Tersia manque bientôt à tous. Après 4 heures de route droit sur le nord, le soleil couchant apporte la vision de douze panaches de fumées s'élevant dans le ciel. Le convoi se stoppe immédiatement et trouve refuge dans une gorge ombragée. Les deux space-marines envoient un petit groupe d'éclaireur en repérage. Lorsqu'ils reviennent, une réunion d'état-major est organisée. Le prétorien Marks, le chef des éclaireurs, explique qu'à un kilomètre à l'est se trouve un immense cratère à ciel ouvert d'environ deux kilomètres de diamètre. Il a la forme d'anneaux concentriques empilés les uns sur les autres. Environ un millier de renégats plutôt bien armés obligent des prisonniers, constitués à la fois d'arbitrators et de gangers, à creuser jusqu'à la mort. Le centre de la zone, de la taille d'un stade de football est recouvert de bâches et ils ne savent pas ce qu'il s'y trouve. Ils ont toutefois repéré un elevateur qui permet de s'y rendre en traversant tous les niveaux. La mine est en outre protégée par quelques armes lourdes et véhicules, et de grands chapiteaux cachent peut-être d'autres surprises. A la suite de cette annonce, Willmar se retire pour aller vomir sa dernière ration de combat tout juste avalée. Le prétorien Marks s'avance alors d'un pas "Permission de parler Messeigneurs?". "Allez-y soldat". "Sauf votre respect, je pense que l'homme que vous avez mis à notre tête est un sacré trou du cul, Messeigneurs". "C'est vrai que j'ai des doutes en ce qui le concerne! Vous connaissez quelqu'un de fiable qui pourrait prendre la tête du régiment?". "Ca serait un honneur pour moi Messeigneurs". "Accordé. Allez annoncer à Willmar qu'il est dégradé au rang de recrue". "A vos ordres!". Finalement Willmar est retrouvé mais en train d'essayer de fuir. En punition, Jumeau décide de le faire enchaîner à l'avant de la chimère car il est prévu qu'elle soit en première ligne. Cet incident clos, une stratégie est élaborée entre Marks, Jumeau et Paladus. Elle est immédiatement mise à l'oeuvre car la nuit doit tomber dans une petite heure à peine...

 

Repost 0
15 mars 2012 4 15 /03 /mars /2012 23:22
Frère JumeauFRERE JUMEAU (JOUE PAR ILIOS) 
SECUNDA CLASSIS / NIVEAU 2
DEVASTATOR DE LA DEATHWATCH
ORIGINAIRE DU CHAPITRE DES BLOOD ANGELS 
SOIF DE SANG / CALCULATEUR
 
 
          
 
 
 
 
 
 
Frère PaladusFRERE PALADUS (JOUE PAR MAX)
PRIMA CLASSIS / NIVEAU 3
MARINE TACTIQUE DE LA DEATHWATCH
ORIGINAIRE DU CHAPITRE DES STORM WARDENS 
ASPIRE A LA GLOIRE / AMBITIEUX
CLOU FRONTAL
 
 
 
 
 
 
 
 
Marshall RenartMARSHALL WILL RENART (PNJ)
MARSHALL ARBITRATOR / NIVEAU 7
SEXE MASCULIN NE SUR FENK EN 56.775.M41
GARNISON DES PROCTORES PENAUX D'OMEGA VI
VICE-COMMANDANT DES FORCES DE LA CITE-PRISON PRIMA
ADEPTUS ARBITES          
Repost 0
15 mars 2012 4 15 /03 /mars /2012 13:30

 

III) Nouvelles pistes


 

Trouver et atteindre l'astroport ne leur pose pas de soucis particuliers. Par contre ils connaissent une déconvenue à leur arrivée: tout a été brûlé. L'endroit n'est plus qu'un champ de ruines calcinées. Au milieu des décombres, ils parviennent à trouver les restes d'un vaisseau marqué du sceau du Mechanicus. D'après Paladus, les marques caractéristiques des dégâts ne correspondent pas à un bombardement ou à un incendie mais plutôt à des explosifs logiquement répartis sur toute la structure. Quelqu'un a donc cherché à détruire ce lieu sciemment. Certains chefs utilisent ce genre de techniques pour s'assurer la soumission de leurs hommes mais, venant de prisonniers dont le seul but doit être de fuir la planète, cela paraît plutôt étrange. Parmi les restes de serviteurs et de techno-adeptes aucune trace de Gammalus. Les deux frères-marines décident donc de faire route vers le centre de commandement de la ville-prison, probablement le seul endroit où il aurait pu trouver protection. De plus, il y a de fortes chances pour que les explosifs proviennent de cet endroit là. Ils remontent sur leur véhicule et filent le long des routes guidés par les panneaux signalétiques. Les rues sont désertes seulement occupées par les carcasses de véhicules en flammes, les cadavres et les débris balayés par le vent. Tous les bâtiments portent les stigmates des violentes batailles qui se sont déroulées ici (vitres brisées, portes enfoncées, impacts de balles...) ainsi que les traces de présence des vainqueurs (graffitis, corps pendus, têtes tranchées exposées sur des piques...). L'air est chargé d'une odeur de combustion, de poudre et de sang. Enfin, les space-marines s'arrêtent devant leur cible. Le poste de commandement est un grand bâtiment en forme de U, sa façade présentant une 30ène de fenêtres. Un mur de 8 mètres de haut avec barbelés et miradors protège le tout et quelques véhicules sont garés dans la cour. Devant le portail, se trouvent douze rebelles dont trois femmes qui négocient bruyamment leur tarif pour la nuit. Jumeau dit "il n'y aura pas d'aube pour eux" et les deux surhommes descendent du véhicule en dégainant leurs armes.

 

La suite ne fut que confusion. Avançant en pleine rue, ils sont immédiatement repérés par les vigies des deux tours et l'alerte est donnée. Une alarme de tous les diables se déclenche. Toutes les racailles fuient sur leur passage et Paladus prévient: "Cessez tout geste immédiatement ou la colère de l'Empereur s'abattra sur vous". Pour toute réponse, il obtient des rafales de pistolets-mitrailleurs. Le Storm-Warden n'en espérait pas moins. Il court vers les grilles semant la mort de son pistolet bolter. Jumeau effectue un tir de couverture sur les miradors, transperçant et faisant voler les plaques de blindage. Paladus arrive au niveau du portail au moment où les fuyards tentent de le refermer. Il s'interpose, l'ouvre en grand projetant les pitoyables humains au sol avant de s'avancer et de les achever de son couteau. Hélas pour lui, il reçoit soudain un tir de bazooka de la part des survivants du mirador ouest. L'armure de son bras gauche n'y résiste pas et c'est avec une haine intense qu'il cesse son massacre pour se tourner vers eux, le regard injecté de sang. Il se rue alors dans un nouvel assaut, grimpant l'échelle et vidant la fortification de toute présence en moins de temps qu'il ne faut pour le dire. Pendant ce temps, Jumeau entre dans la cour à son tour et découvre que son camarade a laissé échapper des individus. Pire, certains essaient même de prendre des jeeps. Il court droit dessus couteau en main mais un ganger se place sur la mitrailleuse lourde à trépied (se situant à l'arrière du véhicule) et ouvre le feu. La puissante rafale provoque un choc douloureux au niveau du torse et lui coupe net le souffle. La jeep démarre en trombe sous les rires et les insultes des deux racailles mais, à peine avancée, elle percute un autre véhicule à l'avant. Le Blood Angel vise de son couteau et l'envoit sur le tireur qui meurt sur le coup. Transpercé de part en part, son corps roule au sol. Le conducteur, épouvanté, tente une marche arrière rapide pour se dégager et essait d'écraser le surhomme. Ce dernier roule sur le côté d'un bond leste et se saisit de son bolter lourd. Il se retourne et s'apprête à arroser copieusement le scélérat quand soudain un missile passe dans un panache de fumée et explose le véhicule. Les space-marines n'en croient pas leurs yeux: un gyrocopter d'assaut vient de se joindre au combat! Jumeau court se mettre à couvert derrière un bâtiment. Les couleurs de l'engin ne laisse aucun doute sur son allégeance aux rebelles et cette attaque lui était clairement destinée. Le dernier tir a transformé la jeep en véritable boule de feu qui percute violemment le mirador où se trouve Paladus. Celui-ci n'a d'autres choix que de sauter au moment où la structure s'écroule. Il parvient à esquiver les poutres en acier grâce à la bienveillance de l'Empereur et court rejoindre Jumeau. Mais le gyrocopter ne l'entend pas de cette oreille et commence à faire exploser tous les véhicules stationnés sur le chemin du marine tactique. Le devastator tente d'aider son compagnon par ses tirs mais l'engin volant sait lui aussi profiter du couvert des bâtiments. S'ensuit alors un combat de position éprouvant. La situation se termine sur un match nul, le gyrocopter quittant la base à cause d'une avarie visible à la fumée noire qui s'en échappe et les deux frères de batailles se rendant compte de la perte d'armure, de munitions et de soins que leur ont coûté cet assaut. De plus, Paladus a enrayé l'un de ses deux pistolets. Le constat commence à devenir préoccupant...

 

Les deux anges de la mort prennent un léger repos puis commence à explorer le bâtiment. Celui-ci leur semble désespéremment vide et aucune trace ne les mène à la piste de Gammalus. La seule découverte intéressante se trouve dans les sous-sols et plus précisemment dans le generatorium. Toutes les machines sont en marche et leur énergie est dérivée vers un autre endroit de la ville. C'est aussi ici qu'ils rencontrent Herb, un taulard complètement défoncé censé assurer la garde de cette endroit. Paladus lui broie la main gauche avec le talkie walkie qu'elle tenait et le soulève de terre. "Misérable insecte! Parle! Où est votre chef? Est ce qu'il a un technoprêtre avec lui?". "Aiiiiiiiiiie! Va chier l'armuré! J'préfère crever que retourner en cabane!" et il lui crache dessus. Paladus dégaine son couteau mais Jumeau arrête son geste "Laisse frère, j'ai une meilleure idée". Ils retournent tous les trois à la surface où ils entrent en communications avec le marshall Renart. "Marshall, nouveau point de rendez-vous. Prennez la moitié de vos hommes et rejoignez-nous au centre de commandement. Ah et Renart, n'oubliez pas de prendre avec vous vos meilleurs éléments en interrogatoire". Environ 30 minutes plus tard, la petite troupe de l'arbites se présente donc comme convenu. "Renart, il y a des armes et des véhicules dans ces bâtiments. Voyez ce qui peut-être pris par vos hommes". "Oui et prenez ce vaurien avec vous. Tachez de voir si vous pouvez le faire parler". Le marshall ne peut contenir son sourire en posant son regard sur un Herb plus terrorisé que jamais. "Avec plaisir Messeigneurs!". Une demie-heure de plus est nécessaire à l'exécution de ces directives mais elles sont plutôt fructueuses. L'escadron est désormais protégé d'armure pare-balles complètes et équipés de fusils laser ou d'armes automatiques. Les véhicules pris s'élèvent à 11: trois jeeps, deux camions, une chimère et cinq motos. Un autre gyrocopter de combat est également trouvé sur l'héliport à l'arrière du bâtiment. En ce qui concerne Herb il n'a (bien sûr) pas survécu mais a avoué tout ce qu'il savait: Celui qui dirige la ville est un certain Markus. Habituellement, il réside dans la caserne mais là il est parti avec tous ses hommes dans la tour nord de la ville. Il est en train d'organiser un transfert de prisonniers par camions vers des mines qui se situeraient encore plus loin au nord dans le désert. Les space-marines voient parfaitement où se trouve cette tour puisqu'elle était visible de l'astroport. "Excellent Renart". "Je n'ai fait que mon devoir Messeigneurs". "Maintenant vous allez rassembler tous vos hommes et vous poster à l'astroport. Nous partons en repérage à la tour nord. Soyez prêts à intervenir, nous vous appelerons". "A vos ordres!".  

 


Repost 0

Vénérables Récits et Anecdotes de Campagnes

 

 

Rechercher

JDR, Fantasy et Geekeries

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pages