Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 mars 2013 6 30 /03 /mars /2013 12:18

 

 

XXXV) Révélations d'un autre monde (H-1h53) 

 

 

 

Lorsque Thane entre dans la chambre de la fille Cromwell, il trouve ses compagnons lancés dans une conversation des plus animée. D'après ce qu'il comprend, Lupus et Gaïa reviennent d'un entretien avec le devin du palais.

 

«Et donc tu ne te souviens de rien?» résume Natacha.

 

«Je... C'est étrange... Je ne sais pas comment vous expliquer. Disons que certains détails sont très précis mais que pour le reste c'est le flou total...» préçise Lupus tout en fronçant les sourcils.

 

Kintas faisant les cent pas, s'arrête devant l'adepte: «Et toi, tu n'as pas retenu plus de choses?!».

 

Gaïa baisse les yeux et marmonne: «Et bien... Hum... A vrai dire, j'ai attendu à l'entrée».

 

Natacha applaudit à pleines mains: «Waouh quel courage! Pourquoi tu y es allé si c'était pour te débiner juste après?!».

 

Gaïa, furieuse, s'avance à quelques centimètres du visage de la jeune noble et lui hurle: «Hé! J'aurais bien aimé t'y voir! Si tu crois que c'est simple comme expérience, tu n'as qu'à essayer!».

 

Kintas se place entre les deux femmes: «Calmez-vous toutes les deux! Lupus tu te souviens de quoi exactement? Qu'est ce que t'as dit l'oracle?».

 

«Euuuh...». Le licteur se frotte le front sous le poids de l'effort. Thane sort une bouteille d'amasec de son sac, saisit quelques verres à liqueur intacts d'une table basse et les remplit. Ensuite, il en distribue un à chacun puis s'assoit sur un fauteuil pour siroter le sien: «Hum... Il a fait plusieurs fois allusion à un serpent, un être object dont la noirceur est sans fond, il aurait mué et s'apprête à le faire encore...» décrit Lupus avant de boire son verre cul sec.

 

Le rhetorite regarde son verre quelques secondes puis le pose sur la table sans l'entamer: «J'imagine qu'il parlait de Mordiker. Quoi d'autre?».

 

Le licteur s'essuit la bouche d'un revers de manche puis poursuit: «Apparemment il aurait des disciples ou des suivants je ne sais pas, des gens qu'il a appelé « faux lumineux » et à qui il ment. Dans l'ombre ce sont d'autres animaux qui tirent les ficelles».

 

Natacha s'esclafe dans son verre: «Mais ça ne veut rien dire ton histoire! Il s'est foutu de toi ton sorcier!».

 

«Bien sûr que si! Il faut simplement arriver à trouver des parallèles avec ce que l'on connaît!» s'exclame Kintas en fusillant du regard la fille aux cheveux roses.

 

«Ces animaux là, tu te souviens de quoi à leur sujet?» demande Thane entre deux grimaces à cause de l'âpreté de l'alcool.

 

Le licteur se rapproche justement de l'éon doré et se sert un nouveau verre: «Ils étaient sur une sorte de damier. Certains étaient près, d'autres plus loin. Il y avait un rat, un corbeau et... Rah! Impossible de me souvenir du reste!».

 

La jeune noble émet un petit gloussement avant d'ironiser: «Bien sûr! Et après avoir joué aux pions, elles ont fait quoi ces braves bêtes? Se taper une ligne ou deux de noctura?!».

 

Kintas, hors de lui, tape des deux poings sur la table: «NATACHA! Les oracles sont éclairés par la lumière de l'Empereur! Les dénigrer revient à blasphémer ouvertem...!!!».

 

«Hey mais attendez! Et si les faux-lumineux c'étaient... les albinos? Après tout, à chaque fois qu'on les a vu ils étaient habillés en prêtre, non?» suppose Gaïa en claquant des doigts.

 

Thane pointe un doigt vers elle tout en acquiesçant de la tête: «Hum... ce n'est pas bête du tout. Je dirais même que ça se tient».

 

Le rhetorite se tourne vers ses camarades et les regarde un par un: «Quoi? Qu'est ce que vous voulez dire? Pour vous ce ne sont pas de vrais prêtres? Pourtant Bonifacio est impliqué, j'en mettrais ma main à couper!».

 

La fille aux cheveux rose souffle en levant les yeux au plafond tandis que Gaïa affirme: «Encore cette même rengaine! Tu devrais changer de registre Kintas! Tu n'as jamais eu aucune preuve, tout juste un pressentiment et franchement, ne le prends pas mal, mais je ne pense pas qu'on ait le temps de rouvrir le débat!».

 

Thane ressert son verre et celui de Lupus. Il le questionne tout en trinquant: «Et au sujet de Scynthia? Tu sais où elle est?».

 

«C'est assez embrouillé. Elle serait sous le royaume des apparences et l'entrée serait une hérésie» prononce Lupus avant de descendre son verre d'une seule traite.

 

«Une hérésie? On en a tellement croisé durant nos investigations! Comment savoir laquelle est la bonne? Tu en sais plus sur les dames de compagnie?» s'enquiert Kintas tout en jettant un regard peu rassuré vers la cheminée.

 

Le licteur pousse les verres et la bouteille pour s'assoir sur la table comme sous le coup d'un grand abattement: «Rien de vraiment détaillé... Il y a quatre âmes tourmentées par le Serpent, liées par un pacte, défigurées par le mensonges et la jalous...»

 

Le vieil hors-monde lui attrape alors le bras: «Attend, attend, attend! Un pacte? Quel genre de pacte?».

 

Lupus ferme les yeux pour mieux visualiser ses souvenirs: «Euh... les mots exacts étaient... euh... serment de papier je crois».

 

«Thane tu penses à quelque chose?» demande Gaïa.

 

Le psyker balance son corps d'avant en arrière sous le coup d'une grande excitation: «Peut-être... attends, euh je réfléchis. Un serment de papier... quatre âmes tourmentées... l'entrée est une hérésie... aaaaAH!». Il se met debout d'un bond faisant tomber son fauteuil.

 

Perplexes, ses compagnons le regardent courir jusqu'à la petite chapelle privée. Il en ressort au bout de quelques minutes et se met à fouiller frénétiquement les affaires de Scynthia qui se trouvent au sol. Il finit par en sortir un livre à la reliure de cuir et parcourt ses pages avec avidité.

 

Natacha dévisage chaque membre du groupe et constate que tous se renvoient un regard qui marque l'incompréhension. Elle décide donc de dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas: «Euh Thane? Qu'est ce que tu fais? On a déjà tout retourné plusieurs fois tu sais!»

 

Le psyker lève alors un visage aux yeux exorbités comme sous le poids d'une révélation mystique ce qui provoque un mouvement de recul chez ses camarades. Il articule péniblement: «J'ai... J'ai compris comment trouver Scynthia! Mais... nous n'aurons jamais le temps!»

Repost 0
30 mars 2013 6 30 /03 /mars /2013 12:15

 

 

XXXIV) Réponse à toute épreuve

 

 

 

Thane n'éprouve aucun doute sur la suite des évènements. Il sort au plus vite et tente de se mêler à la foule ambiante. Car des gens émergent de la plupart des portes, pestant et scandalisés par tant de vacarme tandis que les gardes du palais utilisent toute la diplomatie dont ils sont capables pour les inviter à quitter le bâtiment. Ils assurent à qui veut l'entendre qu'il ne s'agit que d'une simple vérification mais cela ne les empêche pas de recevoir plusieurs insultes et menaces de plaintes auprès de leurs supérieurs. Les gens qui occupent ce bâtiment ne sont pas n'importe qui et ils tiennent à le faire savoir. Le psyker profite du mouvement et descend d'un étage en se mêlant à un groupe de râleurs guidé par un techno-sapeur. Il pense franchir un étage suplémentaire et rejoindre le hall quand il remarque qu'un garde le désigne du doigt à l'un de ses collègues. Alerté, il stoppe sa descente et poursuit sur le palier sans se retourner. Déjà, il perçoit les pas accelérés des militaires et le «Hé!» que l'un d'eux pousse à son encontre. Il se précipite dans un corridor et manque de peu de rentrer dans un gros homme en peignoir. Ce dernier, le confondant visiblement avec un laquais, se met à lui hurler dessus. Thane ne prend pas de gants; il le pousse à terre et plonge dans sa chambre ouverte tout en prenant soin de fermer la porte à clef. Il cherche alors du regard de quoi se changer jusqu'à ce qu'un cri aigu résonne dans la pièce. Le psyker prend soudainement conscience de la présence d'une jeune femme nue allongée sur le lit. Elle rabat la couverture jusqu'à son menton tout en se recroquevillant en position assise: «Mais enfin que signifie cette intrusion? Où est Foster?». Thane préfère l'ignorer et se jete sur les placards. Il met tout sens dessus dessous sous les cris de la femme jusqu'à ce qu'il mette la main sur des bottes à boucles d'argent, une redinguotte satinée aux boutons d'or et une longue houppelande à capuche en luxueux cuir xeno. Il pioche également dans la boîte à bijous du couple ce qui a le don de rendre hystérique l'occupante des lieux. Au niveau de la porte, après avoir toqués et sommés de l'ouvrir plusieurs fois, les gardes finissent par l'enfoncer. Thane court vers la fenêtre mais constate que, malheureusement, elle est pourvue de barreaux! Déjà les militaires sont derrière lui, le mettent en joue et lui intiment l'ordre de se plaquer au sol. Le gros homme en peignoir est là lui aussi, derrière les hommes d'armes, exigeant à tue-tête qu'il soit abattu sur le champ pour son impudence! Thane se met à genoux tout en levant les mains très haut. Il explique d'une voix craintive: «Attendez vous ne comprenez pas, j'ai ici un document du Seigneur Cromwell qui justifie tout ceci, regardez, je le sors de ma poche, ne tirez pas...». Il retire un petit objet de sa veste et ouvre minutieusement son emballage pour dévoiler... le portrait maudit de Grisham! L'effet est instantané. Tous les occupants de la pièce se retrouvent immédiatement absorbés par la peinture. Thane la pose sur une étagère et profite de ce moment de calme pour se changer. Lorsqu'il a fini il jette un dernier regard sur les victimes de l'artefact, leurs lèvres tremblantes d'écume et leurs yeux dégoulinant de larmes de sang. Il referme délicatement la porte et s'engouffre dans le couloir revêtu de ses nouveaux atours. Cette fois-ci, il passe la sécurité sans aucun problème et se retrouve rapidemment dehors. Une fois dans les jardins, il se débarrasse de son accoutrement dans une poubelle et prend la direction des appartements de Scynthia.

Repost 0
30 mars 2013 6 30 /03 /mars /2013 12:07

 

 

XXXIII) Superstitions ou prédictions? 

 

 

 

Lupus et Gaïa avaient trouvé le cabinet oraculaire du palais sans trop de difficultés. Un grand homme à la peau noire les avaient reçu à l'entrée et leur avait demandé de patienter dans une petite salle ronde aux canapés de cuir crissants. Il régnait une ambiance étrange en ces lieux d'un blanc immaculé, imprégnés de surprenantes odeurs exotiques et épicées. Quelque chose d'indéfinissable planait dans l'air et les deux comparses le ressentaient à la chair de poule qui faisait se dresser les poils sur leur peau. L'adepte demande: «Tu ne trouves pas qu'il y a quelque chose d'étrange ici? Je... Je ne sais pas ce que c'est mais... Je ne me sens pas tranquille!»

Le licteur hausse les épaules: «Tu te fais des idées, c'est simplement nos vêtements trempés qui nous donnent des frissons».

Gaïa secoue la tête de droite à gauche: «Je ne crois pas non. Tu sais, j'ai un certain don pour sentir les problèmes et l'homme qui nous a ouvert était tout sauf normal!».

A ce moment là, le portier en question pénètre à nouveau dans la pièce et se place face à eux: «Madame, Monsieur, veuillez remplir ce formulaire je vous prie. Cela ne prendra que quelques instants». Il leur tend alors une data-tablette en effectuant une légère révérence et repart sans un bruit. A la seconde où il disparaît, Gaïa se tourne précipitement vers Lupus et lui secoue l'épaule: «Et là tu l'as vu quand même, non?!»

«Mais de quoi?» interroge le licteur surpris.

L'adepte crit, exaspérée: «Par le Trône! La couleur de ses yeux! Tout à l'heure ils étaient mauves et maintenant ils sont gris!»

Lupus lève les mains en signe d'appaisement: «Certainement l'éclairage! Calmes-toi bon sang Gaïa! Aurais-tu un problème avec la magie?»

«Je... Hum oui j'avoue ne pas être à l'aise avec la sorcellerie» bredouille l'adepte.

Le licteur poursuit d'une une voix rassurante: «Bon écoute, j'irais voir seul le prophète et tu m'attendras là. Après tout, nous ne risquons rien ici, rassures-toi». Et alors qu'il commence à remplir le formulaire, il tente d'effacer l'image qui lui hante l'esprit: était-ce Gaïa qui avait fini par le rendre paranoïaque ou avait-il réellement vu quelque chose bouger sous le turban du réceptionniste?

 

Repost 0
15 janvier 2013 2 15 /01 /janvier /2013 20:48

 

 

XXXII) Solutions insolites (H-2h39) 

 

 

 

Kintas demande incrédule: «Tu dis que tu as une solution pour obtenir des informations?»

«Oui, nous allons consulter le devin du palais» affirme Lupus tout en expirant la fumée de son cighalos.

«Peuf! Qu'est ce que tu veux qu'un charlatan fasse pour nous à part nous prendre notre argent?» raille Natacha agitant lentement sa bouteille pour en observer les reflets carmins.

Le psyker s'avance d'un pas, un doigt tendu vers la jeune noble: «Mesure tes paroles jeune inconsciente! Les oracles sont parmis les plus doués de mes confrères. Ils ont été investi d'un précieux don de l'Empereur!».

Gaïa, les doigts croisés sous le menton, souligne: «Moi ce qui me dérange le plus, c'est de faire appel à une personne extérieure à notre groupe. Ne devions-nous pas agir en secret? Et s'il voit quelque chose et s'en sert contre nous? Comment pouvons-nous être sûrs que ce n'est pas un énième mécréant qui fera ce qui l'arrange quitte à nous trahir?»

«Ça, nous n'avons aucun moyen de le prévoir! Mais d'après ce que j'ai compris consulter un devin c'est un peu comme se confesser à un prêtre. Il n'est pas sensé répéter ce qu'il a vu» essait de rassurer le licteur.

Kintas confirme: «Tout à fait. Et de plus les arts divinatoires ont un caractère assez aléatoire au niveau de leur interprétation».

Natacha se tourne, pointant vers lui sa bouteille: «Ah! C'est ce que je dis, tous des anarqueurs ces mecs-là!»

Agacé, le psyker pousse la fiole d'amasec d'un revers de la main: «Non! Ce que j'essaie d'expliquer c'est que les choses qu'ils communiquent sont à tendances symboliques et métaphoriques. En général, seule la personne concernée peut y entrevoir un sens».

Lupus jette son cighalos et l'écrase: «Bien, nous allons voir. Kintas, Natacha, vous gardez les lieux et surveillez le passage. Si quoi que ce soit en sort, capturez-le. Gaïa tu m'accompagnes?»

L'adepte se lève et replace son sabre dans son dos: «Allons-y».

Ils sortent tout deux de la suite mais reviennent au bout de cinq minutes à peine.

«Et ben? Déjà? Il est d'un genre rapide votre prophète! Il lit dans les pensées ou quoi?» ricanne Natacha.

«Non, en fait, nous revenons juste de l'entrée du bâtiment» précise Gaïa.

Lupus poursuit: «Oui nous sommes venus te prévenir, Natacha, de ne sortir sous aucun prétexte. La personne que toute la garde du palais recherche... C'est toi!».

 

La chambre de Grisham n'avait rien donné. Thane l'avait remué de fond en comble et aucune piste n'était apparue pour le renvoyer sur la trace de Scynthia. La lassitude s'emparant de lui, il se laisse glisser le long d'un meuble jusqu'au sol. Il jette un dernier coup d'oeil sur le centre de la pièce, une véritable cuisine aménagée avec batteries de casseroles, assortiments de couverts ainsi que plats chargés de fruits et de gâteaux. «Merde! Merde! Merde!». Il tape du poing sur le sol. Il avait fait tout ça pour rien? Il ne pouvait pas repartir sans obtenir le moindre indice! Furieux, il ramasse un livre par terre et le jette contre le mur. Le volume rebondit et percute une table de chevet. Trois tiroirs s'échappent de son ventre et se fracassent sur le dallage. L'attention du psyker est soudainement retenu par un objet. Il rampe jusque là et ressent un léger résidu aethérique. Il pousse quelques articles de toilettes et mets à jour un petit cadre contenant un portrait. La peinture représente une jeune femme ronde d'une vingtaine d'années. Ses cheveux argent coupés au carré font ressortir l'air supérieur qui transparaît dans ses yeux verts. «Ça doit être Lizabel!» s'exclame Thane. Il attarde son regard sur le coin inférieur gauche où une dédicace confirme ses dires: «Avec toute mon amitié, Scynthia». C'est donc un cadeau de la fille Cromwell... Au moment où il réalise ce que cela implique, il sent une vague de chaleur qui commence à envahir son corps. Ses yeux sont irrémédiablement attirés par l'illustration tandis que des centaines d'aiguilles invisibles lui piquent le front, la nuque et les joues. «Ah non pas encore!» crit-il pour lui même. Par un effort surhumain, il rassemble toute sa volonté sur une fraction de seconde et parvient à retourner l'objet maudit face caché. Il court ensuite jusqu'au lit, se saisit d'une taie d'oreiller et l'emmaillote dedans. Avec une grande précaution il le glisse ensuite à l'intérieur de sa veste pensant le faire analyser par les autres membres du groupe, en particulier Kintas. C'est alors qu'un vacarme de tous les diables se fait entendre dans le couloir: l'alarme anti-incendie!

Repost 0
15 janvier 2013 2 15 /01 /janvier /2013 20:45

 

 

XXXI) Je n'avais pas le choix...

 

 

 

Thane peste de rage. Il est parvenu à se relever et à jetter son adversaire au sol. Il se saisit du plateau d'argent et tente de l'abattre sur la tête du valet. Il le rate et son arme improvisée lui échappe des doigts. Sa cible complètement paniquée rampe vers l'arrière. Thane se jette dessus mais le laquais se saisit d'une chaise et lui fracasse au visage. Le psyker, légèrement sonné, recule et s'appuit sur la bibliothèque. Il voit son ennemi se remettre sur ses jambes et se diriger prestement vers la baie vitrée. Thane sort alors son pistolet laser et lui tire dans la jambe droite. Le laquais s'effondre au sol en percutant une table. Il se tortille sur la moquette, hurlant et plaquant ses mains sur la blessure béante. En deux enjambées Thane est sur lui et enfonce ses doigts dans sa gorge: «Ecoute moi bien, j'ai des questions à te poser mais si tu cris le prochain tir va droit dans la caboche, t'as compris?». Hemet, suffoquant, fait un signe affirmatif de la tête. Le psyker retire ses doigts et sa victime est prise d'une violente quinte de toux pendant quelques secondes. Thane prend une chaise et s'assoit face à lui. Il pose le pied droit sur sa cuisse sanglante puis lui lance: «Ok, je cherche deux chambres. Celles de Lizabel Grisham et d'Abigael Mercurial». Le valet sanglote: «Je... Je vous en supplie... Je dois voir un medicae!». «Si tu ne me réponds pas tout de suite c'est d'un prêtre dont t'auras besoin!» lâche Thane tout en appuyant sur la blessure. «AAAAAH! Je vais parler! AAAAAH! Ne me tuez pas! Ne me tuez pas!» glapit sa victime. «Ça ne dépend que de toi! OÙ LOGENT MERCURIAL ET GRISHAM?!» crit le psyker. «Grisham c'est la chambre de la Gourmandise. Quatrième étage, 6ème porte à droite. Mercurial c'est la chambre de la Symphonie, cinquième étage, la porte au fond du couloir» articule Hemet entre deux grimaces de douleur. «T'es sûr?! T'es pas en train de ME MENTIR TOUT DE MÊME?!» l'interroge Thane tout en forçant d'un coup sec sur la jambe du laquais. «AAAAH! Bien sûr que non! Je AAAAH!!!». Les cris cessent soudainement. L'homme s'est évanoui. Instinctivement, Thane se lève, pointe son arme et lui tire deux fois dans la tête. Il retombe sur sa chaise brutalement. Il lui faut quelques secondes pour réaliser la portée de son acte. Il vient de prendre la vie à un homme innocent. Au cours de son existence, il avait été obligé de passer par des trucs pas très nets pour survivre mais ça, c'était clairement un péché. Un haut-le-coeur convulse son corps et agite ses boyaux. Il se penche en avant et vomit copieusement. «Je... J'étais obligé... Je n'avais pas le choix!» se répète t-il mentalement plusieurs fois. Il demeure quelques minutes hagard, immobile, à écouter le vent qui mugit dans la cheminée tel un maléfique rire lointain. Il restait moins de trois heures pour retrouver Scynthia et il ne pouvait laisser derrière lui quelqu'un capable de le faire arrêter. Mais même s'il avait fait en sorte qu'il ne puisse le dénoncer, la présence d'un cadavre risquait de lui entrainer des problèmes. Il se redresse soudain réveillé par une décharge d'adrénaline. Les idées se bousculent dans sa tête. Il porte le corps jusqu'au lit et le place en position assise. Il rassemble ensuite plusieurs bouteilles d'alcool et les vide sur les draps. Il en positionne une dans la main gauche du défunt, allume un cighalos et le place dans son autre main. La scène se transforme assez rapidemment en brasier tandis que Thane efface les traces de sa présence. Il se rend ensuite discrètement dans le couloir et monte deux étages jusqu'à la chambre de la Gourmandise.

Repost 0
15 janvier 2013 2 15 /01 /janvier /2013 20:38

 

 

XXX) Sombres implications

 

 

 

Lorsque l'adepte pénètre dans la chambre elle trouve Lupus et Natacha en plein examen de la chapelle. Leurs visages sont marqués par les signes de la fatigue et de l'angoisse. Le licteur semble particulièrement tendu, tapant du poing contre un mur et proférant des jurons. Gaïa file droit vers la penderie et s'empare de la première veste de fourrure qu'elle trouve. Elle l'enfile et va s'assoir près de la cheminée afin de faire sécher ses vêtements. Tremblante et glacée, elle sait qu'elle ne sera d'aucune aide pour ses compagnons si elle ne prend pas quelques instants pour se réchauffer. Et pourtant... du temps... ils en manquent si cruellement! Tout à coup, elle voit du mouvement dans l'ombre et se fige. Sa main glisse lentement jusqu'à son arbalète tandis qu'elle force sur ses yeux pour obtenir d'avantage de détails. Elle reconnaît les vêtements marron et la voix qui sanglote... «Kintas? C'est toi? Qu'est ce que tu fais assis par terre dans le noir?». Natacha sort du lieu de culte et se dirige elle aussi vers l'âtre: «Laisse tomber, il est comme ça depuis qu'il a examiné l'autel. T'en tirera rien». «Quoi? Mais qu'est ce qui c'est pass...?». Les mots meurent sur les lèvres de l'adepte. La jeune noble vient de se placer devant le feu, les mains en avant. La lumière dansante dévoile un air grave ainsi qu'un maquillage visiblement ravagé par les pleurs. «L'icone de l'Aquila... C'est une sorte de mécanisme, il tourne et il y a des crans comme pour un coffre. Il doit ouvrir une cache ou un passage... Mais il est protégé par un sortilège... Il te fait voir des choses si horribles... Tes pires cauchemars!» s'emporte Natacha. Elle ramasse une bouteille d'amasec qui traine au sol et en boit une bonne rasade. Gaïa affiche une petite moue: «Ce n'est pas encore une de tes blagues? Tu sais on a pas vraiment le temps de...». «Je t'assure! On l'a tous vécu! Il manque une des têtes de l'Aquila. On l'a retrouvé caché dans un pot, on pensait que c'était la solution mais ce n'est pas ça». Tout en parlant la fille aux cheveux roses sort un objet de sa poche et lui lance. Gaïa le rattrape et l'examine. Il s'agit d'une classique tête d'Aquila taillée dans la pierre. Elle la tourne et remarque un étrange symbole gravé autour de l'oeil. Une sorte d'étoile concentrique à plusieurs branches... «Qu'est ce que...?» commence t-elle à demander. «C'est la marque impie des Puissances de la Ruine!» annonce Kintas sortant de l'ombre. Un éclair illumine la pièce et l'adepte lâche la sculpture à terre comme si elle avait été brûlée par cette révélation. «Les Puissances Sombres?! Les cultes du Chaos sont impliqués?!! Il faut tout de suite prévenir les...». «Non! On ne préviendra personne!» s'exclame Lupus en entrant dans le salon. Tout en avançant, il poursuit: «Si on en parle à qui que ce soit, on sera dessaisi de l'affaire et là, croyez-moi, on est mort! Si on échoue on ne sera plus d'aucune utilité pour personne, juste des témoins gênants qui en savent un peu trop sur les petites magouilles du palais. Le Conseil ne prendra pas de risques et nous fera disparaître». Gaïa bredouille: «Mais... Mais alors... Qu'est ce qu'on peut faire?». Lupus sort l'avant-dernier cighalos de son paquet, le porte à ses lèvre et l'allume. «On a pas le choix, on poursuit l'enquête. Il nous reste encore trois heures devant nous et je sais qui voir pour obtenir quelques réponses».

Repost 0
13 novembre 2012 2 13 /11 /novembre /2012 13:22

 

 

XXIX) Périls soldatesques (H-3h14)

 

 

 

Gaïa avait traversé le parc tandis qu'un véritable rideau de pluie réduisait sa vision au strict minimum. Dès qu'elle avait trouvé une impasse déserte, elle s'était débarrassée de ses robes d'adepte et de ses photolentilles. Elle avait dû attendre le bon moment car malgré le temps elle n'était pas seule, il y avait encore quelques personnes qui, comme elle, s'étaient faites surprendre par l'orage et couraient dans les allées dans l'espoir fou d'échapper à la pluie. Certaines avaient tenté de prendre leurs précautions en emportant des parapluies mais ces derniers se révélaient totalement inefficaces, finalement encombrants, finissant même par s'envoler et traverser les airs comme des carreaux d'arbalette colorés. C'est en suivant l'un d'eux du regard que Gaia percute un garde. Furieux, il lui hurle dessus avant de lui porter des coups de crosses dans le dos. L'adepte décide de prendre son mal en patience afin d'éviter d'attirer l'attention. Au bout de quelques minutes, son tortionnaire reprend sa route et elle en fait de même. Elle croise un convoi de trois jeeps bâchées qui se rendent en trombe en direction du bâtiment des invités. L'homme du balcon a certainement donné l'alerte, elle a bien fait de se débarrasser de ce qui pouvait servir à l'identifier. Elle a toutefois une pensée pour Thane qu'elle n'a pas eu le temps de prévenir... Arrivée au bâtiment principal, elle présente son laisser-passer à la porte. Quatre sentinelles lui ouvrent et procèdent à un contrôle d'identité. L'un d'eux la compare à un pix puis fait un signe négatif à l'intention de ses compagnons. Gaia va pour prendre congé mais le plus grand se place devant elle, ses yeux débordant d'un regard vicelard.

 

«Alors ma jolie, c'est pas un temps pour sortir ça! Où tu vas toute trempée comme ça?». L'adepte se stoppe et sent derrière elle que les trois autres la reluquent lourdement. Elle porte un regard rapide sur son accoutrement et réalise que sa tenue moulante de cuir est tellement trempée qu'elle épouse parfaitement les formes de son corps. Si elle n'était pas de couleur grise on jurerait qu'elle est nue.

 

«Excusez-moi messieurs mais je dois me dépêcher. Je dois servir mon maître» tente Gaïa en inclinant la tête.

 

«Sûr que tu dois bien le servir dans cette tenue!» ricane l'un derrière.

 

«C'est que... On voudrait pas que t'attrape froid, ton maître va nous en vouloir après! Je crois qu'il serait bien qu'on te réchauffe...» poursuit un autre garde.

 

«Ouaiiis! Viens on va te trouver un petit coin de cheminée où on pourra faire sécher tes vêtements...» jubile l'homme d'arme le plus proche en lui attrapant le bras gauche.

 

Immédiatement, l'adepte se dégage avec force. Devant le regard surpris de ses interlocuteurs, elle poursuit d'une voix douce: «C'est que... Ca aurait été un plaisir... Vraiment! Mais vous comprenez, contrairement à vous j'ai du travail qui ne saurait attendre et...»

 

«Hé oh! Nous aussi on bosse! Tu crois quoi sale pimbêche?!» s'exclame le garde le plus proche en la poussant au niveau de l'épaule.

 

«Ah mais je cru que...» poursuit Gaïa sur un ton innocent.

 

«T'as rien cru du tout! Casse toi de là avant qu'on te foute en geôles» la coupe l'un des soldats en lui montrant les escaliers.

 

«Ouais! La prochaine fois qu'on te voit dans cette tenue on t'embarque! Tu crois que t'es où ici?! C'est les quartiers du Lord pas un bordel de la ville!» achève l'une des sentinelles en pointant un doigt accusateur sur elle.

 

«Oh mais je n'en doute pas! Veuillez m'excuser, cela ne pouvait en être autrement avec des gardes aussi serviables». Elle exécute une petite révérence et quitte le hall aussi vite qu'elle le peut. Elle monte jusqu'au 4ème étage et se rend dans la chambre de la fille Cromwell, se faisant la promesse intérieure d'éviter à l'avenir tout contact avec les soldats brutaux et mal dégrossis du palais.

Repost 0
13 novembre 2012 2 13 /11 /novembre /2012 13:20

 

 

XXVIII) De surprises en surprises...

 

 

 

Natacha et Lupus ouvrent alors les deux battants canons de poing en avant, tandis que Kintas surveille le couloir. Un éclair jaillit à l'extérieur projettant sa lumière crue dans la chambre, ce qui fait danser les ombres pour quelques secondes. Thane, nerveux, fait feu en direction de la fenêtre. Heureusement pour lui, la détonation de l'arme est couverte par le bruit de l'orage et personne ne semble remarquer la chose. La fouille des lieux ne révèle rien de particulier et le psyker est persuadé que son ressenti vient de la chapelle. Pour une plus grande discrétion, les enquêteurs décident de confectionner des torches en utilisant la cheminée. Hélas, bien mal leur en prit, car les restes du tableau maudit n'avaient pas dit leurs derniers mots. Alors que Natacha et Kintas se jettent au sol, Lupus ne peut esquiver l'explosion soudaine de flammes roses dans lesquelles il croit percevoir un visage hurlant. Tandis que l'apparition le traverse, il a l'impression d'avoir l'esprit vrillé par des effluves de haine pure. Une sensation terrible qui le laisse en état de choc, assis à même le sol et hagard pendant quelques minutes. Voyant que la manifestation démoniaque a disparu, Kintas se précipite aux côté du licteur et l'examine sur le plan physique et psychique. La morsure du Warp n'a été que superficielle mais a laissé des traces durables sur la psyché du licteur. Nul doute que certains de ses sens seront légèrement altérés à l'avenir mais rien qui l'empêchera de poursuivre la mission. A condition bien sûr, que ce genre d'incidents ne se reproduise plus auquel cas il devra traiter le mal par le mal...

 

Hemet est furieux. Il se trouve devant la chambre de Dame Zenthrix et de là il entend la pluie se déverser à l'intérieur. Encore une femme de ménage qui aura oublié de fermer la fenêtre! Zut! Mais à quoi elles pensent à la fin! Tout en pestant il ouvre le formulaire des rapports sur sa data-tablette mais tout à coup une pensée lui traverse l'esprit. Et si c'était Jessica? Sa petite amie était très jolie mais un peu tête en l'air il est vrai. Il sourit béatement. Ah Jessica! Cela ne fait que quelques jours qu'ils se fréquentent mais il sait déjà qu'il a trouvé la femme de sa vie. Cette chambre n'est pas sur son planning mais il est bien obligé de réparer son erreur. S'il ne le fait pas, l'eau va s'engorger sur la moquette, infiltrer le parquet et produire des dégâts importants. Hors de question qu'elle soit tenue pour responsable! Cette soirée est spéciale, il ne faut pas la gâcher. En plus, il a déjà tout prévu: il a négocié avec la chef-cuisinière un plateau de petits fours à récupérer après le bal de ce soir, il a placé sa bouteille d'amasec pétillant sur le rebord de la fenêtre pour qu'elle soit à juste température, et il a réussi à caser Wilson dans le lit de Madelon histoire d'avoir la chambre pour eux tout seuls. Peut-être que ce soir sera le grand soir?! Hemet rougit rien que d'y penser. Il passe sa carte dans le lecteur. La serrure se déverrouille, il tourne la poignée et soudain la porte s'ouvre d'un coup sec. Il manque de peu de tomber en avant alors qu'un fou furieux surgit de l'ombre et tente de l'assommer avec un plateau en argent. Il le rate, lui se prend les pieds dans le tapis et chute au sol. Son agresseur se jette sur lui, lui portant un second coup au visage ce qui réduit son nez en pulpe sanguinolante tandis qu'il perd connaissance. Thane est en nage mais fier de lui. Il s'empare du pass-magnétique et referme la porte. Il fouille le majordome et trouve quelques babioles: une bourse contenant des bonbons à la menthe, une dizaine de trônes et un trousseau de petites clefs cuivrées. Il arrache la corde des rideaux et l'attache avec, jambes et poings liés, baillons sur la bouche. Il l'enferme dans la penderie et pousse une armoire sur la porte pour plus de sécurité. Enfin, il ramasse la data-tablette et l'examine pour trouver le plan des chambres. Mais sa déconvenue est grande car seul un début de rapport et un listing des chambres à inspecter s'affiche, aucune ne correspondant à celles qu'il recherche. «Raaah!» râle le psyker. Il avait encore des progrès à faire dans le domaine du kidnaping se dit-il. Il décale l'armoire et ouvre la porte tandis que sa victime, debout et détachée, se jette sur lui. Oui, il avait encore beaucoup de choses à apprendre dans le domaine, il n'y a aucun doute là-dessus se dit-il alors qu'il bascule la tête en arrière.

Repost 0
13 novembre 2012 2 13 /11 /novembre /2012 13:15

 

 

 

XXVII) Séparations et retrouvailles (H-3h56)

 

 

Soudain, sans prévenir, le ciel se déchire et de grosses gouttes de pluie se mettent à tomber. Sans quitter des yeux l'homme en face d'elle, Gaia sort une arbalette de poing des pans de sa robe et la pointe sur lui à la vitesse de l'éclair. Le fumeur, un homme entre deux âges vêtu d'une simple tunique marron en tweed, laisse tomber sa pipe de surprise. La jeune femme affiche un regard terrible tout en lui faisant signe de se taire de sa main libre. L'occupant du balcon est terrorisé: des larmes apparaissent au coin de ses yeux et son visage devient aussi blême que la neige. Gaïa teste une fois de plus la solidité de son harnachement puis s'élance dans la vide. Alors que le tonnerre résonne, un véritable torrent de pluie s'abat dans un vacarme assourdissant. Thane, qui en en a fini avec ses livres, observe le couloir par la porte d'entrée qu'il a entrouverte. Il s'exclame tout en se tournant vers le balcon: «Et bien! C'est une véritable mousson qui... Gaia?». Aucun signe de l'adepte. Le psyker est surpris mais reporte son attention sur le corridor car il y entend du bruit. Il observe pendant quelques minutes un majordome et ses allers-retours. Ce dernier ouvre certaines portes avec son pass-magnétique, vérifie à l'intérieur puis note quelque chose sur sa data-tablette avant de passer à une autre pièce. Voyant qu'il se dirige vers la chambre où il se trouve, l'éon doré sourit car tout ceci lui a donné une idée. Il referme délicatement le battant, souffle la flamme de sa lanterne et se fond dans les ténèbres...

 

Lupus était entré juste à temps pour éviter la pluie. Il avait passé plus de deux heures caché dans une cabane à outils dont il n'avait eu aucun mal à forcer la serrure. Après la fusillade avec Aestus et sa fuite précipitée du bâtiment des invités, il avait tenu à se faire discret. Et vu le nombre de gardes qu'il avait vu patrouiller dans le parc depuis son escapade, il savait qu'il avait pris la bonne décision. Il était maintenant devant la porte de Scynthia Cromwell. Profitant d'une rotation des sentinelles, il s'était infiltré dans le bâtiment et était monté jusqu'ici. Mais à dire vrai, il ne savait pas vraiment ce qu'il faisait là. Il espérait surtout pouvoir retrouver les autres et obtenir les dernières avancées de l'enquête. Comme répondant à ses prières, il entend soudainement des voix familières provenir du bout du couloir. Natacha et Kintas en émergent.

 

Le psyker clame: «Lupus! Vous voilà enfin! Mais où étiez-vous passé?!».

 

Le licteur, embarassé, secoue la tête puis répond d'une mine sombre: «J'ai retrouvé Aestus. Malheureusement vu la façon dont on s'est quitté, je pense pouvoir dire qu'il ne nous assistera plus».

 

«Oui mais toi tu es là et ça me fait bien plaisir» roucoule la jeune noble.

 

Les deux hommes, surpris, tournent la tête vers elle. Leur adressant un clin d'oeil elle poursuit: «Oui parce que les grands costauds, moi, ça m'excite, alors que les têtes d'écroux...».

 

Thane reste bloqué pendant quelques secondes puis poursuit: «Vous retourniez dans la chambre de la fille?»

 

«Oui en effet. Je sens qu'une légère présence warpique s'en dégage. Ce qui n'était pas le cas la dernière fois qu'on l'a quitté» explique Kintas.

 

«Qu'est ce que ça peut être?» demande Lupus les sourcils froncés.

 

«Je ne sais pas... C'est assez diffus. Un objet, une capacité psychique, une personne? Peut-être un autre tableau infernal? En tout cas quelque chose a changé, c'est sûr» souligne le psyker.

 

Le licteur sort son canon de poing de son holster: «Ok, dans ce cas on entre arme dégainée. Je prends le côté gauche. Natacha tu prends le droit».

Repost 0
12 septembre 2012 3 12 /09 /septembre /2012 13:17
  
 12333.PNGADEPTE GAÏA NORMILA (JOUE PAR OLIVIER)
COPISTE / NIVEAU 2
SEXE FEMININ NEE SUR LE "FURIOUS ANGEL" VAISSEAU DE GUERRE DE LA FLOTTE CALIXIS EN 33.761.M41
SERVITEUR DE LA FAMILLE CROMWELL
MANDEE PAR LE CHAMBELLAN ALDEBERT
AFFECTATION HABITUELLE: QUAIS DE DECHARGEMENT
RESPONSABLE EN CHARGE: CHAMBELAN ALDEBERT
 
 
 
 
 
 
 
 
psy 2PSYKER KINTAS DRAKE (JOUE PAR NICO)
ASPIRANT - RHETORITE (PENITENT) / NIVEAU 3
SEXE MASCULIN ORPHELIN DES SCHOLAS PROGENIUM (NE APPROXIMATIVEMENT EN 762.M41)
SERVITEUR DE LA FAMILLE CROMWELL
MANDE PAR LE CONSEIL DE REGENCE DU PALAIS
AFFECTATION HABITUELLE: ASTROPORT DU PALAIS CROMWELL
RESPONSABLE EN CHARGE: CAPITAINE DA CASTO    
 
 
 
 
 
 
 
ju1.JPGARBITRATOR LUPUS GATE (JOUE PAR JULES)
LICTEUR (OPUS MORANDI CALIXIEN) / NIVEAU 2
SEXE MASCULIN ORPHELIN DES SCHOLAS PROGENIUM (NE APPROXIMATIVEMENT EN 772.M41)
SERVITEUR DE LA FAMILLE CROMWELL
MANDE PAR LE CONSEIL DE REGENCE DU PALAIS
AFFECTATION HABITUELLE: ASTROPORT DU PALAIS CROMWELL
RESPONSABLE EN CHARGE: CAPITAINE DA CASTO  
         
 
 
 
 
 
        
noble1ASSASSIN NATACHA VON THIBALT (JOUEE PAR ILIOS)
EXECUTRICE (FAMILLE NOBLE VON THIBALT) / NIVEAU 3
SEXE FEMININ NE SUR POPULAC EN 423.793.M41
MISSION DIPLOMATIQUE
MANDEE PAR LE CONSEIL DE REGENCE DU PALAIS
AFFECTATION HABITUELLE: SERVICE DE RENSEIGNEMENTS DU PALAIS
RESPONSABLE EN CHARGE: CHAMBELLAN ALDEBERT         
 
 
 
 
 
 
        
 
psy1PSYKER THANE KRINS (JOUE PAR SEB)
ASPIRANT - EON DORE (CAUCHEMAR VIVANT) / NIVEAU 3
SEXE MASCULIN NE SUR LE VAISSEAU CHARTISTE "LE MISERICORDE" EN 118.739.M41
SERVITEUR DE LA FAMILLE CROMWELL
MANDE PAR LE CONSEIL DE REGENCE DU PALAIS
AFFECTATION HABITUELLE: VAISSEAUX DE TRANSPORT-CARGOT
RESPONSABLE EN CHARGE: SENECHAL KLEOPOS 
Repost 0

Vénérables Récits et Anecdotes de Campagnes

 

 

Rechercher

JDR, Fantasy et Geekeries

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pages